mercredi 7 décembre 2016

Et si les laits végétaux devenaient mes amis... Mon p'tit déjeuner dans un bol muesli et fruits !

A la maison on a des grands débats, de très très grands débats qui montrent bien à quel point par chez nous la bouffe est quelque chose qui importe à tout l'monde ! Ça m'étonne toujours d'ailleurs parce que quand je vais chez certains amis on discute de tout, de théâtre comme des enfants qui poussent, du dernier bouquin de machin ou du dernier film de truc, du temps qui passe ou de celui qu'il fait... Alors qu'à la maison, on parle bouffe, bouffe et encore bouffe ! Bon, des fois on se trompe et subitement on parle d'autre chose mais ça ne dure jamais longtemps...
Et en ce moment le grand débat chez nous porte sur les « laits » végétaux que mon fils prétextant la linguistique, on discute bouffe mais pas n'importe comment ! Donc que mon fils voudrait débaptiser pour appeler boissons végétales... ça paraît rien mais chez nous ça peut faire une soirée animée ce genre de question !
Bon, moi je suis un peu normand sur la question, p't'êt' ben qu'oui p't'êt' ben qu'non, je change d'avis au fil des arguments parce que finalement je n'ai peut-être pas d'avis, on ne peut pas avoir un avis sur tout...
Ce que je sais par contre, c'est que ces laits/boissons végétaux/tales commencent à sacrément à faire partie de mes petites préparations et surtout tôt matin pour le petit déjeuner vu que le lait qui sort des vaches lui s'est éloigné d'autant... toujours le principe des vases communicants...
Et donc ce matin je me suis fait un p'tit bol très complet comme je les aime le matin, enfin quand j'ai le courage... Un bol muesli et fruits et lait d'amande.
Mon p'tit déjeuner dans un bol muesli et fruits !
Ingrédients : 1 poire – 2càs de myrtilles – 2càs de graines de grenade – 10g de beurre – 2càs de sirop d'érable – 150g de muesli – 1càc de graines de chia – 15cl de lait d'amande (j'ai utilisé le lait d'amande Alpro non sucré parce que justement il est... non sucré) – 2càs d'amandes - du zeste de citron vert
Coupez la poire en cubes. Faites chauffer une poêle avec le beurre et jetez-y la poire dès qu'il commence à grésiller. Faites revenir 2 ou 3 minutes, j'aime bien quand ça reste croquant, mais vous pouvez laisser un peu plus si vous voulez une poire plus compotée. Ajoutez le sirop d'érable et prolongez la cuisson une minute, ajoutez les myrtilles et la grenade, mélangez et retirez du feu.
Ensuite vous n'avez plus qu'à mettre le muesli et les graines de chia dans le bol, à arrosez le tout de lait d'amande, à déposer les fruits et les amandes grossièrement hachées et le zeste de citron vert pour donner un coup de peps à tout ça ! Et bien sûr, ça se déguste sans attendre !
Mais pourquoi, et la crème de courgenouille c'est de la crème ou bien ? est-ce que je vous raconte ça...

Concours express pour aller découvrir les Habits de Lumière à Epernay... Ce week-end et à deux !


Cette fin de semaine j'ai la chance d'aller découvrir Epernay à l'occasion des Habits de Lumière qui se déroule dans la ville toute cette fin de semaine. Personnellement je ne connais pas encore Epernay, j'ai souvent bien entendu parler de la ville, forcément quand on s'intéresse à ce qui se mange et ce qui se boit... Mais mes pérégrinations ne m'avaient donc pas encore entrainé par là.
C'est donc pour moi, grâce à cette invitation, l'occasion de découvrir la ville, et comme les organisateurs de cette manifestation ont le sens du partage, ils m'ont aussi proposé de vous faire gagner un p'tit week-end à vous aussi ! Alors si vous voulez découvrir Epernay et les Habits de Lumière voilà ce que je vous propose de gagner :
- La prise en charge aller-retour du voyage par TER depuis Paris jusqu’à Epernay pour 2 personnes Attention comme la date est très proche c'est à vous de prendre les billets qui vous seront bien sûr remboursés !
- 1 nuit d’Hôtel avec petit déjeuner pour 2 personnes le samedi 10 décembre
- 1 dîner dans un restaurant d’Epernay pour 2 personnes le samedi 10 décembre
Pour participer à ce petit concours express c'est très simple, poussez un grand cri pour dire votre envie d'aller à Epernay (ne vous inquiétez pas même les petits cris...) dans un commentaire !
Et ce soir à minuit, express comme je vous l'ai dit, de ma main la plus innocente, je ne me vois pas réveiller mon hamster pour ce tirage au sort tardif, je tirerai une réponse au sort pour lui faire gagner cette jolie invitation... Vous avez donc jusqu'à ce soir à minuit pour participer ! Vite vite !
La gagnante ou le gagnant sera indiqué sur cet article demain matin à l'aube !
Et comme toujours n'oubliez pas d'indiquer votre mail dans votre commentaire sinon je ne pourrai pas vous contacter... Et si vous ne voulez pas qu'il apparaisse envoyez-moi une copie de votre commentaire sur mon mail : doriancuisine@gmail.com comme ça je l'aurai en toute discrétion...
Et si avant de participer vous voulez découvrir cette réjouissante manifestation, vous pouvez vous rendre sur la page de la manifestation : Les Habits de Lumière Epernay ou sur la page Facebook de la manifestation : Les Habits de Lumière Epernay où vous trouverez toutes les réjouissances qui s'y dérouleront pendant ce week-end.
Et qui sait, j'espère que j'aurai l'occasion de croiser la gagnante ou le gagnant par là-bas !
Mais pourquoi, ma main la plus innocente c'est la gauche ou la droite... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 6 décembre 2016

Mes cookies crunchy et chewy choco-framboise muesli et sans gluten !

La cuisine sans gluten n'est pas toujours la cuisine la plus facile du monde... Parce que forcément quand tu veux remplacer la petite cuillèrée de farine que tu ajoutes dans certaines sauces, c'est facile. Il y a aujourd'hui plein plein de produits que tu peux utiliser à la place, des produits faciles à trouver un peu partout, et puis au final tu peux aussi prolonger un peu la cuisson et dans le sac est l'affaire !
Par contre quand tu te dis que tu vas faire un gâteau et que sur ta recette tu te rends compte que forcément la farine... là, tu peux trouver le monde du sans gluten bien cruel ! Bon, il y a là aussi bien des alternatives pour remplacer la farine mais qui ne sont pas toujours si faciles que ça à trouver.
Essayez donc, parce que vous venez d'être pris par une folie pâtissière mais que vous vous rendez compte que justement ce soir à votre table il y a la p'tite cousine Olga, celle qui est justement intolérante au gluten... essayez donc si vous habitez comme moi une p'tite ville, certes fort fort sympathique, mais un peu dépourvue de certains commerces, de trouver de la farine de millet, de quinoa ou même de riz, essayez...
Et forcément aujourd'hui je me suis retrouvé avec une envie furieuse de cookies sans gluten, je n'ai pas de cousine Olga mais un ami qui justement venait prendre le café cet après-midi et qui... donc sans gluten ! Et du coup en secouant mon muesli Gerblé sans gluten que j'avais bien l'intention d'utiliser pour me faire craquer le cookie, je me suis dit qu'il ferait aussi bien le chewy pour peu que j'en passe une partie au mixer... Je tenais ma recette ! Je n'avais plus qu'à ajouter un peu de gourmandise dans mes cookies et préparer le café...
Mes cookies crunchy et chewy choco-framboise et sans gluten !
Ingrédients : 120g de beurre mou – 30g de sucre roux en poudre - 30g de vergeoise brune – 1 œuf - – 240g de muesli Gerblé sans gluten – ¼ de càc de levure chimique (attention vérifiez qu'elle ne contient pas de gluten!) – 90g de poudre d'amandes - 60g de chocolat noir – 60g de framboises surgelées
Hachez grossièrement le chocolat.
Passez la moitié du muesli, donc 120g, au mixer en insistant bien jusqu'à le réduire en poudre.
Fouettez ensemble le beurre et les sucres. Ajoutez l'œuf et fouettez. Ajoutez la poudre de muesli, la poudre d'amande et la levure tamisée ensemble et mélangez rapidement. Ajoutez le muesli, le chocolat et les framboises grossièrement hachées (pas la peine de les décongeler), et mélangez rapidement, ne cherchez pas à faire une pâte homogène.
Mettez la pâte à cookies au frais pendant une heure ou deux.
Faites des boules de pâte d'environ 50g, personnellement j'utilise un truc pour faire les glaces mais avec une cuillère ça va très bien aussi.
Disposez-les au fur et à mesure sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Attention la pâte s'étale pas mal alors n'en mettez pas trop sur la plaque.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une quinzaine de minutes pour des cookies encore moelleux et rajoutez 3 minutes pour des cookies plus croquants.
Laissez refroidir sur une grille le temps d'aller préparer un café !
Vous pouvez bien sûr réaliser cette recette en version « avec » il suffit dans ce cas de remplacer les 120g de muesli en poudre par de la farine et de doubler la quantité des sucres...
Mais pourquoi, et maintenant quelle nouvelle folie pâtissière va me prendre ? est-ce que je vous raconte ça...

lundi 5 décembre 2016

Mon risotto aux fruits de mer ! Et si la vérité du risotto se trouvait dans... Petites astuces et tutti quanti...

J'adoooore le risotto ! Oui je sais, j'ai déjà dit ça pour un tas de choses qui se mangent et c'est vrai que j'ai souvent l'adoration généreuse pour ce qui se trouve dans mes assiettes... J'adore donc le risotto mais pendant longtemps je n'ai pas osé me lancer dans ce drôle de plat venant du nord de l'Italie. Peut-être parce que je ne m'imaginais pas trop au dessus de ma casserole à me tourner et retourner le risotto et peut-être aussi parce que j'avais peur de me retrouver au final avec une sorte de mortier bien solide plus utile en maçonnerie qu'en cuisine. 
Et puis comme souvent un jour je me suis retroussé les manches et j'y suis allé.
Bon, je ne vais pas dire que mes premiers risotto étaient comme je les imaginais, onctueux en diable, ni trop cuits ni trop peu, juste comme il faut, bien parfumés et assaisonnés... c'est qu'il en faut des équilibres pour qu'un risotto vous affole l'appétit !
Et quand Taureau Ailé m'a proposé de tester son riz à risotto, la proposition était agrémentée d'une autre... et si vous racontiez en même temps certaines de vos astuces pour réussir le risotto ?
Et après avoir été voir ce que racontait la marque sur la manière de faire un risotto aux fruits de mer, je me suis dit que cette recette serait une belle occasion de vous raconter plus en détails mon plat du jour histoire de vous permettre de ne plus jamais vous dire, un risotto j'me vois pas l'faire !
Mon risotto aux fruits de mer
Ingrédients : 300g de riz à risotto (donc à cette occasion le riz à risotto Taureau Ailé) – 200g de fruits de mer mélangés (j'ai pris les miens chez mon poissonnier mais on trouve des choses tout à fait honnêtes dans les rayons des produits surgelés) – 1 belle échalote - 90cl de bouillon de légumes – 1 pincée de pistils de safran - 50g de beurre – 30g de parmesan – sel et poivre
Commencez en faisant revenir les fruits de mer dans une sauteuse avec 15g de beurre jusqu'à ce qu'ils soient cuits, ça va assez vite à peine 2 ou 3 minutes puis réservez-les. Si jamais vos fruits de mer rendent un peu de jus profitez-en pour le mettre dans votre bouillon, puis réservez-les.
Avant de commencer le risotto en lui-même direction le bouillon ! Généralement, je n'ai pas le courage de me lancer dans un bouillon maison et cette fois encore j'ai utilisé un cube en version bio que je trouve très fréquentable pour le réaliser ! Par contre comme j'aime le safran avec mes risotto aux fruits de mer j'en ai parfumé mon bouillon et là je ne saurais trop vous conseiller d'en utiliser peu, j'ai mis 5 filaments et c'est assez. Donc peu, mais bon, forcément le safran en poudre on oublie, et surtout je vous conseille de le faire infuser longuement dans le bouillon ! Faites chauffer votre bouillon, retirez du feu, ajoutez le safran et oubliez une paire d'heures à couvert.
Hachez finement l’échalote. Mettez 15g de beurre dans une grande sauteuse, bien large et à fond épais si possible et faites-le chauffer à assez doux. Ajoutez l’échalote, ça peut être de l'oignon si vous préférez, et faites revenir 5 bonnes minutes en remuant. Attention sans coloration ! Si ça commence à colorer arrêtez la cuisson.
Ajoutez alors le riz, et mélangez, laissez sur le feu jusqu'à ce que le riz soit bien nacré et commence presque à toaster. Le riz doit être bien chaud pour que ce soit prêt, donc tâtez-vous le riz et si vous retirez les doigts c'est que c'est chaud !
Ajoutez le vin blanc mélangez et attendez qu'il soit absorbé par le riz. Comme tout ce que vous mettez dans le risotto ça va donner du goût, donc un vin blanc sec pour ajouter un peu d'acidité , n'ouvrez pas vos meilleures bouteilles mais oubliez aussi vos pires...
Une fois le vin absorbé on ne bouge plus, personnellement je me suis déjà attaché à la gazinière, et ajoutez le bouillon, attention le bouillon doit être chaud ! Mettez-le dans une petite casserole à côté de la sauteuse et faites le frémir pendant toute la cuisson du riz. Donc on ne bouge plus et vous ajoutez louche après louche et vous remuez jusqu'à absorption.
Au bout d'une petite vingtaine de minutes, c'est prêt !
Ajoutez les 20g de beurre restant et le parmesan, remuez encore, ajoutez les fruits de mer et remuez, encore ! Couvrez une minute ou deux hors du feu et vous n'avez plus qu'à déguster... enfin goûtez rectifiez en sel et poivre et parsemez éventuellement quelques herbes, j'ai parsemé quelques feuilles de thym citron et quelques autres de petites feuilles d'oseille rouge, mais rien d'obligatoire.
En tout cas mangez sans attendre ! Un risotto ça n'attend pas !
Après c'est ma version du risotto... si vous avez d'autres astuces n'hésitez pas à les partager !
Et donc si vous voulez d'autres astuces pour réussir votre risotto n'hésitez pas à passer sur l'article de Taureau Ailé à ce sujet, il est là : Recette risotto
Article sponsorisé
Mais pourquoi, un risotto à la bière c'est non ? faut voire... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 3 décembre 2016

Le samedi c'est retour vers le futur... Bordel c'est encore Noël... Mes biscuits secs au goût de Noël…

En cherchant ma p'tite recette du jour pour cette rubrique qui va explorer quelques souvenirs dans mes archives, et en fouillant forcément dans mes mois de décembre passés je n'ai pas pu faire autrement que me rendre compte que décembre c'est le mois des... fêtes de fin d'année ! 
Le problème c'est qu'avec mon boulot, les recettes de fin d'année je les ai plutôt vu... cette été ! C'est quand même une curieuse vie que la vie qu'on vie quand on fait bouffe comme profession parce que du coup on te propose régulièrement de goûter foie gras et bûches vers le mois... d'août... à ce moment de l'année où tu rêves plus de viande grillée et de fruits frais que de festoyages.
Et maintenant alors que je suis plutôt en train de découvrir ce qui va se retrouver sur nos tables du côté de Pâques, en mettant le nez dehors je me suis quand même dit que c'était pas un temps à mettre une cloche dehors mais bien celui où on a envie de se réunir bien au chaud pour commencer les préparatifs et peut-être se lancer dans des petits biscuits bien croquants et réconfortants qui feraient d'ailleurs de parfait petit cadeaux gourmands pour les fêtes !
Mes biscuits secs au goût de Noël…
Ingrédients pour les biscuits : 50g de beurre – 90g de sucre de canne blond en poudre et un peu plus pour rouler la pâte dedans – 1 œuf - 30g de d'écorces d'orange finement hachée  – 30g de gingembre confit haché finement– 120g de farine – ½ càc de levure – ½ càc d'épices à pain d'épices
Battez ensemble le beurre et le sucre. Ajoutez l'œuf et battez de nouveau.
Passez au mixer la farine, la levure et les épices, n'insistez pas trop.
Mélangez les deux préparations et ajoutez le gingembre et l'écorce d'orange.
Faites des petits tas ronds et roulez-les dans le sucre avant de les ranger sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Ne serez pas trop vos biscuits sinon ils vont finir collés, ils s'étalent en cuisant.
Enfournez et laissez cuire dans un four préchauffé à 160° pendant 18 à 20minutes.
Quand les biscuits sont cuits laissez-les refroidir.
A ce moment-là si vous ne craignez pas d'être en retard vous pouvez vous amuser à les décorer avec du royal icing préparé avec du blanc d'œuf, du sucre glace et quelques goûtes de citron, mais rien d'obligatoire.
Mais pourquoi, je me demande quand ils vont me sortir les repas de la saint glinglin... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 2 décembre 2016

Mon gâteau d'anniversaire coco-passion pour un anniversaire pas comme les autres...

Quand France Télévision m'a proposé, à moi et toute une bande de joyeuses et joyeux blogueurs de réaliser un gâteau pour les 30ans du Téléthon je me suis dit 30ans...déjà !
Vu mon âge de dinosaure j'ai forcément vu l'arrivée de l'AFM et du Téléthon dans notre environnement et peut-être parce que l'habitude, des fois, fait oublier l'importance de certains combats, au fil des années j'ai prêté moins attention à ce rendez-vous annuel. Et peut-être justement pour briser cette habitude et grâce à cette proposition, j'ai eu envie d'apporter ma petite pierre avec donc juste un gâteau, un gâteau pour partager et pour offrir...
Mon gâteau d'anniversaire coco-passion
Ingrédients:

Pour les gâteaux : 220g de beurre mou – 220g de farine – 1 sachet de levure chimique – 4càs de noix de coco déshydratée en poudre - 250g de sucre en poudre – 4 œufs, jaunes et blancs séparés –12cl de lait de coco
Pour la ganache : 240g de chocolat blanc cassé en morceaux - 200g de crème liquide entière –
Pour le sirop passionné : 5 fruits de la passion – 5càs de sucre en poudre – 5càs d'eau
Pour décorer : 1 meringue à la noix de coco – des bougies...
Commencez par la ganache. Faites chauffer la crème liquide au micro-onde et versez-la sur le chocolat. Couvrez d'une assiette pendant trois minutes puis mélangez. Laissez refroidir la ganache quatre heures au réfrigérateur puis fouettez-la. 
Préchauffez le four à 180°.
Dans un saladier, montez les blancs en neige bien ferme avec 50g sucre.
Dans un autre saladier, fouettez ensemble le beurre bien mou et 200g de sucre. Incorporez les jaunes d'œufs un par un en fouettant bien à chaque fois. Puis incorporez le lait de coco, la farine et la levure en incorporant alternativement le lait et la farine en continuant de fouetter. Ajoutez la noix de coco en poudre et fouettez encore.
Ajoutez alors vos blancs, d'abord un tiers en mélangeant vivement puis le reste en mélangeant délicatement.
Séparez votre pâte à gâteau en deux.
Versez-en une moitié dans un moule beurré et fariné de 20cm de diamètre. Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une quarantaine de minutes.
Une fois cuit, démoulez et resservez. Recommencez une seconde fois.
Laissez refroidir vos gâteaux. Avant de les laissez refroidir, s'ils ont une petite bosse sur la tête coupez-la de manière à égaliser puis faites-les refroidir retournés sur une plaque.
Préparez pendant ce temps le sirop passionné. Mettez tous les ingrédients dans une casserole et portez à ébullition. Baissez alors le feu et laissez blobloter 3 minutes, filtrez puis laissez refroidir.
Quand les gâteaux sont froids, coupez-les en deux dans l'épaisseur et badigeonnez les deux côtés intérieurs avec le sirop, attention gardez-en un peu pour la fin. Puis refermez les gâteaux.
Déposez alors sur une grille un premier gâteau. Étalez une couche de crème au chocolat dessus puis déposez le deuxième gâteau et recommencez la même opération. Ensuite couvrez tout le gâteau avec la crème restante et lissez le tout avec une spatule.
Terminez en arrosant le dessus du gâteau avec le sirop restant et en parsemant le tour du gâteau avec la meringue à la noix de coco coupée en morceaux... Il ne vous reste plus qu'à mettre les bougies...
Et si vous avez un peu de patience laissez-le au frais une paire d'heures il n'en sera que meilleur !
A propos de l’AFM-Téléthon
L’AFM-Téléthon www.afm-telethon.fr est une association de malades et de parents de malades engagés dans le combat contre la maladie. Grâce aux dons du Téléthon (93,8 millions d’euros en 2015), elle est devenue un acteur majeur de la recherche biomédicale pour les maladies rares en France et dans le monde. Elle soutient aujourd’hui 37 essais cliniques concernant des maladies de la vue, du sang, du cerveau, du système immunitaire, du muscle… L’AFM-Téléthon accompagne également les malades au quotidien.
Si vous voulez faire un don : www.afm-telethon.fr/nous-soutenir/faire-don-association-969 ou par téléphone au 3637.
Et si vous voulez retrouver d'autres participants et d'autres gâteaux :

Mais pourquoi, des fois j'me dis qu'le temps file quand même sacrément vite... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 29 novembre 2016

Ma semaine très crêpes... Direction la Belgique ! Les bouquettes d'Isabelle à ma façon...

Et voilà, ça ne dure jamais bien longtemps sans que la gourmandise ne m’entraîne du coté de la Belgique ! Il faut dire qu'il y a du côté du plat pays bien des choses à découvrir dès lors que l'on s'intéresse à ce qui se mange. Mais je ne savais pas que l'on pouvait trouver des... bouquettes !
J'ai découvert la recette des bouquettes grâce à Isabelle alors que je lui demandais ce que je pouvais faire sur une plancha avec un goût de par là-bas. Subitement la gourmande liégeoise s'est écriée, enfin un cri virtuel mais un cri quand même, tu peux faire des bouquettes ! 
Des bouquettes, des bouquettes... j'ai eu alors beau chercher, me demander si ces bouquettes-là étaient végétales, animales ou peut-être même minérales, et rien, non rien de rien ! Alors je lui ai avoué que décidément non je ne connaissais pas ces bouquettes et qu'il fallait qu'elle m'en dise plus, beaucoup plus !
Et c'est comme ça que quelques instants plus tard j'étais devant mon écran à lire sa recette et à me dire que décidément la « couisine » belge a de bien beaux attraits. J'ai donc suivi la recette d'Isabelle, enfin celle de sa grand-mère, qui contrairement à ce que proposent d'autres recettes utilise de la farine classique, blanche, et de la farine de sarrasin moit'/moit' et font cuire leurs bouquettes avec du saindoux... Après à vous de voir !
Les bouquettes d'Isabelle à ma façon...
Pour la pâte : 500kg de farine - 25cl lait tiède - 50cl d'eau - 20gr de levure fraîche - 1 ou 2 œufs - 1càs d’huile de tournesol - 1 pincée de sel
Pour garnir la pâte : des raisins secs trempés dans du thé pour les réhydrater (vous pouvez aussi réhydrater les raisins dans un mélange de thé et de rhum) – des pommes coupées en petits morceaux cuites dans un peu d'eau, de beurre et de sirop de Liège (ou d'un autre sirop) - de la cassonade
Pour cuire : du beurre ou la matière grasse de votre choix.
Commencez en diluant la levure dans le lait puis laissez reposer une dizaine de minutes.
Versez ensuite la farine et le sel dans un grand saladier, c'est important qu'il soit grand ! mélangez et faites un puits au centre. 
Incorporez ensuite au le lait à la levure l’œuf ou les œufs et l'huile et commencez à versez ce mélange dans la farine en mélangeant bien. Ajoutez alors l'eau, toujours en mélangeant, il faut obtenir une jolie pâte à crêpe un peu épaisse, comme une pâte à pancake.
Oubliez alors la pâte une paire d'heures à température ambiante en couvrant d'un torchon (et il est propre le torchon!). C'est là où vous allez comprendre que la taille du saladier est importante la pâte doublant pratiquement de volume !
Ensuite vous n'avez plus qu'à faire cuire vos bouquettes dans une poêle avec un peu de beurre à feu moyen. Vous versez une louchette de pâte et vous ajoutez un peu de garniture, des raisins ou des pommes, Isabelle préconise aussi des cerises en conserve maison mais comme je n'en avais pas... En tout cas pas trop de garniture, un peu. Vous laissez joliment colorer d'un côté et hop vous retournez et vous faites colorer aussi joliment de l'autre côté !
Ensuite il ne vous reste plus qu'à les saupoudrer de cassonade et à les déguster de préférence aussitôt cuits !
Et comme toujours si vous avez des recettes de crêpes, de chez vous, de votre région ou du bout du monde, n'hésitez pas, les commentaires vous sont grands ouverts !
Mais pourquoi, ça doit être pas mal Liège en hiver... est-ce que je vous raconte ça...

lundi 28 novembre 2016

Ma semaine très crêpes... Direction l'Angleterre avec mes Staffordshire oatcakes !

J'adooooore les crêpes comme disait l'autre en parlant des sushis... Il faut dire qu'il n'y a pas plus facile qu'une crêpe à cuisiner et que ça se mange encore plus facilement nature ou avec un tas de choses, salées ou sucrées, rien ne résiste aux crêpes !
Bon, le problème à la maison, c'est que ma bande d'affamés t'avale un tas de crêpes qui arrive pratiquement au plafond en moins de temps qu'il m'en faut pour allumer le gaz ! 
Du coup régulièrement je fais des crêpes, des montagnes de crêpes, je me transforme alors en sorte de pieuvre avec toutes mes poêles sur le feu et quand je crie à la cantonade dans la maison, crêpes qui n'en veux ! J'ai l'impression de me retrouver pris au milieu d'un ouragan sans que j'arrive à distinguer qui que ce soit tellement ils vont vite à arriver... pour une fois. Et quand je retrouve mon équilibre et que je retourne dans ma cuisine, j'y retrouve mes affamés devant une assiette vide qui me regardent et qui me disent, ben papa t'as pas parlé de crêpes ? Et elles sont où donc ?
Alors je recommence, j'en refais presque jusqu'au plafond, je pousse mon cri de ralliement et... je recommence... Les enfants sont cruels avec la crêpe.
Et comme j'aime bien le changement je me suis dit que cette semaine je pourrais me changer la crêpe et le pancake en faisant un petit tour de ce qui se fait par chez nous ou dans le monde dans ce domaine. Et pour commencer j'ai eu envie de crêpes que je ne connaissais pas, de crêpes anglaises attrapées sur un joli panorama de cette cuisine britannique si négligée par ici et qui pourtant... Mais ça c'est une autre histoire... Donc direction la perfide Albion pour ces premières crêpes au nom contrariant, les Staffordshire oatcakes !
Mes staffordshire oatcakes
Ingrédients :
Pour les crêpes : 250g de flocons d'avoine - 100g de farine complète – 100g de farine blanche – 1càs de levure de boulangerie déshydratée – 1càc de levure chimique – 1 pincée de sel – 80cl d'eau tiède (traditionnellement on utilise de l'eau et du lait moit'/moit' à vous de choisir) – de l'huile neutre, de tournesol par exemple pour la cuisson
Pour servir : du chocolat noir – de la confiture (la mienne est de la confiture de mangue et fruit de la passion, mais une bonne marmelade d'orange...) - des amandes effilées légèrement dorées
Normalement on utilise du oatmeal pour cette recette donc de la farine de flocons d'avoine mais comme elle reste difficile à trouver par chez nous faites simplement comme moi, utilisez des flocons d'avoine que vous mixerez jusqu'à obtenir une farine assez grossière ! C'est ce qu'il y a dans la cuillère en dessous du plat.
Une fois les flocons mixés c'est très simple, versez les farines, les levures et le sel dans un saladier, mélangez bien le tout, faites un petit volcan au milieu puis commencez à versez le liquide que vous aurez choisis, soit de l'eau, soit donc moit'/moit' d'eau et de lait. Mélangez au fur et à mesure en remuant avec une cuillère. Il n'est pas forcément nécessaire d'utiliser tout le liquide, il faut en ajouter jusqu'à obtenir une pâte à crêpe assez épaisse.
Oubliez votre pâte avec un torchon dessus (on recommence avec le torchon propre...?) pendant une paire d'heures.
Vous pouvez alors réaliser les crêpes, avec cette quantité de pâte j'en ai fait une dizaine. Autant vous dire que j'en recommence une tournée ! Attention comme la pâte reste bien épaisse retirez la poêle du feu entre chaque crêpe et aidez-vous du fond de la louche pour étaler.
Ensuite sucrée comme les miennes avec de la confiture ou du chocolat fondu parce que c'était l'heure du quatre heures ou plus traditionnellement salées comme on le fait en Angleterre avec ces crêpes-là en les farcissant avec du lard, des œufs et du fromage par exemple...
Et si jamais vous avez des recettes de crêpes de chez vous, de votre grand-mère, de votre région, ou du bout du monde, n'hésitez pas à les partager dans les commentaires !
Mais pourquoi, et après l'Angleterre, la Belgique ? est-ce que je vous raconte ça...

samedi 26 novembre 2016

Mon canard colvert voyageur à l'asiatique au riz parfumé...

Il y a quelques temps, quand j'ai cuisiné des cailles à l'invitation d'Eva et l'Interprochasse, je vous l'ai dit là Mes p'tites cailles sur leur jardinière de légumes... je suis arrivé dans un univers culinaire où je marchais sur des œufs tant mes connaissances dans ce domaine étaient... ou plutôt n'étaient pas, puisque cette cuisine du gibier ne faisait pas partie de mes habitudes. Mais comme souvent une fois passées les premières inquiétudes, la cuisine reprend sa place et quand les bonnes odeurs commencent à remplir la cuisine les doutes s'envolent aussitôt.
Et aujourd'hui c'est donc le retour du gibier dans ma cuisine avec une nouvelle découverte pour moi : le colvert ! Et comme plus tu fais, plus tu sais faire comme disait l'autre, je dois dire que cette fois ma question culinaire n'était pas, est-ce que je vais arriver à faire ? mais plutôt comment je vais faire ?
J'ai souvent l'appétit qui fonctionne à travers mes souvenirs et dans ce cas je me souvenu de mes années si heureuses pendant lesquelles nous vivions dans le 13e arrondissement parisien et où à longueur de rue je léchais les vitrines où se trouvaient accrochés de jolis canards tout rôtis et tout croquants. Et je me suis alors demandé si le colvert qui n'est pas un canard comme les autres, pouvait passer à la casserole, dans une casserole aux senteurs asiatiques!
Il n'en fallait pas plus pour que je me lance et que les parfums qui se sont élevés depuis ma cuisine nous entraînent, mon colvert et moi, du côté de Mankin ou du 13e... Et quelques temps plus tard, et comme l'appétit et l'imagination sont décidément de jolis moteurs pour la cuisine, quand le plat est arrivé je me suis dit que pour les repas de fin d'année... A vous de voir !
Mon canard colvert voyageur à l'asiatique au riz parfumé...
Ingrédients :
Pour laquer le canard : 1canard colvert prêt à cuire de 600 à  700g – 2càs de miel liquide – 1càs de sauce soja – 1 ¼ càc de cinq épices en poudre – ½ càc de gingembre frais râpé finement – ½ càc de Maïzena - ¼ càc de sel
Pour le riz : 320g de riz (j’ai utilisé un mélange de trois riz, blanc, complet et sauvage) – 2 petits bâtons de cannelle – 2 étoiles de badiane – 4 clous de girofle – 4 graines de cardamome - sel
Portez à ébullition une grande casserole d’eau. Dès qu’elle arrive à ébullition ajoutez ¼ càc de cinq épices, remuez puis plongez le canard dans l’eau 1minute.
Sortez alors le canard de l’eau, égouttez-le, séchez-le bien avec du papier absorbant puis laissez-le refroidir au frais.
Pendant ce temps préparez le laquage, mélangez dans un bol le miel, le soja, la cuillère à café restante de cinq épices, le gingembre, la Maïzena et le sel. Portez le contenu du bol à ébullition au micro-ondes puis laissez refroidir.
Versez 1càs de laquage dans le canard et faites-le tourner pour qu’elle se répartisse bien.
Posez alors le canard sur une grille puis laquez-le au pinceau. Mettez au frais 1heure puis remettez une deuxième couche de laquage. Réservez jusqu’au lendemain, jusqu’à ce que le laquage soit bien sec et la peau bien ferme.
Enfournez alors votre canard, toujours sur une grille, pendant 15 minutes à 210° puis baissez à 180° et poursuivez la cuisson 10 minutes. Vérifiez alors la cuisson du canard, elle va varier selon sa taille. A ce moment-là le mien était cuit juste encore un poil rosé. Vous pouvez poursuivre la cuisson mais attention ne cuisez pas trop sinon il risque de sécher.
Pendant la cuisson du canard, préparez le riz dans une grande casserole d’eau salée dans laquelle vous aurez ajouté les épices et suivant les conseils de l’emballage pour le temps de cuisson. Quand le riz est cuit égouttez-le bien.
Vous n’avez plus qu’à servir le colvert sur un lit de riz…
Et bien sûr vous pouvez utiliser cette même recette avec un canard ordinaire, pensez seulement à augmenter le temps de cuisson, comptez pour un canard d’1,5kg une cuisson à 180° de 40 à 45 minutes.
Et comme nous sommes plusieurs à avoir accepté de cuisiner du gibier vous pourrez retrouver nos recettes sur le site de l’Interprochasse, groupement de professionnels de la filière chasse, au fil du temps par ici : Les blogueurs cuisinent du gibier
Article sponsorisé
Mais pourquoi... je pense à Lulu la Nantaise à chaque fois que je pars dans la cuisine asiatique… est-ce que je vous raconte ça…