jeudi 24 avril 2014

Petite semaine sur le Lot sur les bateaux Les Canalous ou comment je suis devenu un marin d'eau… douce ! Tome 1…

Avant de monter sur le bateau qu'ont mis à notre disposition Les Canalous pendant une semaine j'étais aussi au point en navigation sur ce qui flotte qu'un pingouin pour conduire une caravane à travers le Sahara !
Et je dois dire que du coup l'idée de me mettre à la barre et d'aller nez au vent défier les rives présumées hostiles, pour moi la nature est forcément hostile, commençait à me tracasser le jugement un chouillat. 
Du coup comme toujours je n'ai écouté que mon bon sens et en arrivant sur le ponton j'ai fait ce que je fais de mieux, un pas en arrière et j'ai poussé Marie en avant en criant le capitaine c'est elle ! Me disant que si elle avait besoin d'un bon conseil, ça, je saurais bien faire… comme d'habitude quoi.
Et puis la joyeuse bande est montée sur le bateau accompagnée de Denis qui se révéla à différentes occasions notre Saint-Bernard à nous. Et pendant que je me dirigeais vers ma tanière, la cuisine du bateau, une petite cuisine de voyage suffisamment fonctionnelle pour que je commence à regarder les canards passant sur la rivière avec comme un avertissement dans l'œil, pendant ce temps, donc, Denis commençait à prodiguer ses conseils à la troupe.
Et finalement après quelques minutes, juste ce qu'il faut pour commencer à maîtriser la chose et faire chauffer les fourneaux nous voilà partis en chantant tous Maman les p'tits bateaux qui vont sur …
Généralement quand vois de l'eau sous mes pieds, c'est parce que je traverse un pont parisien et que je regarde d'un œil distrait vers l'eau qui coule. Et là sur ma rivière, oui le Lot est devenu ma rivière après cette semaine, comme tous ces endroits dont je suis devenu passionné comme mon Irlande, mon Bruxelles et quelques autres, là donc pas moyen de juste lancer un regard sans attention, juste de passer sans presque voir.
Une rivière comme le Lot est un lieu curieux, inattendu, souvent surprenant parce que rien ne dit que la prochaine boucle, le prochain méandre, ne va pas vous proposer un paysage complètement différent du précédent. La rivière est une provocation à l'imagination !
Et je me suis rendu compte que peu à peu je sortais de plus en plus souvent de ma cuisine pour me poster d'abord à côté de la barre pour prodiguer mes bons conseils puis très vite, juste après que Marie a commencé à parler de divorce, à l'avant à me demander de quoi serait composé mon prochain paysage.
Et petit à petit je me suis laissé prendre par la rivière et moi qui généralement ne peut pas rester plus d'un quart de seconde à la même place, qui ne peut pas m'arrêter de penser à tout ce que je devrais faire, je dois avouer que je me suis fait avoir par l'amical roulis du bateau et que je me suis laissé aller au fil de l'eau au point d'oublier ma cuisine et mon blog et de ne profiter que du plaisir de l'instant et des reflets dans l'eau...
Mais la nature est hostile je vous le rappelle et pas que la nature d'ailleurs… mais ça c'est une autre histoire ! à suivre…
Séjour offert


Mais pourquoi, c'est curieux la nature dès qu'on l'oublie… est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 23 avril 2014

L'after Pâques pour ceux qui comme moi on des problèmes avec les dates ! Petit agneau farci aux cèpes !

Dire que je n'ai pas la mémoire des dates, c'est rien d'le dire… Dans mon enfance j'aurais oublié pratiquement toutes mes rentrées scolaires si mes parents n'avaient pas été là et le simple mot d'anniversaire me glace d'effroi tellement j'en ai oubliés, les miens et ceux des autres, de tous les autres... C'est pas compliqué je suis un peu comme les jeux olympiques, je viens annoncer les anniversaires au mieux tous les quatre ans et encore quand j'ai de la chance !
Du coup me rappeler de Pâques, de l'Ascension ou de la Saint Glinglin me parait aussi difficile que pour un pingouin d'imaginer qu'il va passer son prochain week-end sur l'autre pôle.
Le problème c'est que j'aime bien certaines des traditions que l'on pratique ces jours-là, attendre les cadeaux les jours d'anniversaires, courir les œufs dans les hautes herbes le jour de Pâques et manger l'agneau aussi le jour de… Pâques !
C'est pour ça qu'aujourd'hui je me suis dit qu'un petit after Pâques pour faire comme à… Pâques ça serait quand même bien. Et voilà comment je me suis mis à préparer un petit agneau tout tendre et parfumé avec quelques cèpes surgelés qui n'attendaient que cette occasion pour passer à la casserole. Et comme des fois quelques photos valent mieux qu'un grand discours…
L'after Pâques, petit agneau farci aux cèpes !
Ingrédients : 1 carré d'agneau de 8 côtes – 300g de cèpes en morceaux surgelés Magda – 1 gousse d'ail - quelques feuilles d'origan – sel et poivre
Commencez par désosser votre carré d'agneau, moi j'ai un boucher gentil, c'est lui qui l'a fait.
Préparez vos cèpes, si ce sont des cèpes en morceaux Magda, faites-les revenir dans une poêle bien chaude pendant dix minutes, puis ajoutez la gousse d'ail écrasée et quelques feuilles d'origan, salez , poivrez et poursuivez la cuisson pendant cinq minutes à feu doux.
Fendez ensuite en deux la partie charnue du carré de manière à bien pouvoir étaler la viande et enfermer dedans la garniture.
Déposez la garniture sur la viande, ajoutez quelques feuilles d'origan, salez et poivrez la viande.
Attachez-la amoureusement, d'abord sur les extrémités pour enfermer la garniture, et ensuite sur la longueur.
Dorez l'agneau de tous les côtés dans une poêle à feu vif, puis déposez-le dans un plat.
Enfournez une vingtaine de minutes à 180°.
Sortez du four, couvrez d'un papier alu et laissez reposer une dizaine de minutes.
Après vous n'avez plus qu'à déguster par exemple avec de jolies pommes de terre ou une salade ou une poêlé de champignons… ou les trois en vous disant que Pâques même après c'est bien aussi !
Produits offerts

Mais pourquoi, y'a pas un autre jour dont je dois me souvenir là bientôt ??? est-ce que je vous raconte ça…

mardi 22 avril 2014

Dis papa tu m'fais une pizza ??? Et comme le papa n'aime pas les… il décide de s'amuser avec ! Pizza couronne à tutti quanti au menu !

J'aime pas la pizza ! J'aime pas la pizza !!! Bon de temps en temps il m'arrive de tomber sur une pizza croustillante en diable et savoureuse, savoureuse… Là il m'arrive de craquer et d'aimer ça.
Mais généralement j'aime pas la… 
Le problème c'est que j'ai chez moi une bande d'affamés qui ont l'estomac à l'âge de l'adolescence et pour qui pizza rime avec délice ! Du coup régulièrement j'entends retentir ce fameux dis papa tu m'fais une pizza ???
Alors plutôt que de renoncer aux pizzas si attendues j'ai décidé qu'on pouvait s'amuser avec. Et si j'aime pas la pizza dès qu'il s'agit de s'amuser avec ce qui se mange… Et voilà donc la première de ce qui sera sans doute une série de pizzas un peu différentes, un peu… à ma manière…
Pizza couronne à tutti quanti
Ingrédients : 1 pâte à pizza toute faite - 4càs de sauce tomate (j'ai utilisé de la saure arrabiata pour relever un peu la pizza, choisissez-la en tout cas pas trop liquide) – 1 ou 2 boules de mozzarella – 2càs de parmesan râpé - 6 tomates cerise – 1 douzaine de mini-poivrons – 6 tranches de coppa – huile d'olive - sel et poivre – un moule à savarin (moule rond avec un trou au milieu comme ça : moule à savarin) – du mesclun
Déroulez votre pâte sur une feuille de papier sulfurisé et posez votre moule à l'envers sur la pâte.
Découpez la pâte avec la pointe d'un couteau en suivant l'intérieur du moule, retirez la pâte découpée.
Découpez ensuite la pâte en suivant l'extérieur du moule en coupant à environ à 1cm de ce bord, retirez la pâte en trop. A ce moment-là vous avez une couronne de pâte.
Retournez le moule et la pâte en même temps en vous aidant du papier sulfurisé. Retirez le papier et poussez la pâte à l'intérieur du moule.
Coupez la mozzarella en morceaux ou défaites-la à la main. Enveloppez-la de papier absorbant et écrasez la mozzarella de manière à lui faire rendre son eau. Recommencez deux ou trois fois jusqu'à ce qu'elle soit bien sèche. Si vous ne faites pas ça votre pizza risque d'être détrempée et c'est moins bon !
Coupez les tomates et les mini-poivrons en deux, enlevez les graines des poivrons.
Garnissez la pâte à pizza, d'abord la sauce tomate, ensuite la mozzarella, les poivrons et les tomates, la coppa grossièrement déchirée et le parmesan pour finir.
Enfournez pour 12 à 15 minutes dans un four préchauffé à 220°.
Quand la pizza est bien dorée et croustillante il faut la sortir du moule. Là il faut être deux parce que le seule moyen de la sortir c'est de la soulever du moule ! Glissez 4 fourchettes délicatement sous la pizza et soulevez. 4 fourchettes ça fait forcément 4 mains…
Ensuite posez-la sur une assiette, parsemez de basilic, déposez une jolie salade au centre et arrosez le tout d'un filet d'huile d'olive et d'un peu de fleur de sel.


Mais pourquoi, bon la prochaine je vais la faire en forme de… faut voir ! Est-ce que je vous raconte ça…

lundi 21 avril 2014

Jour de Pâques, jour de simplicité et brioche perdue au cédrat confit !

De temps en temps il m'arrive de jeter un coup d'œil sur mon blog en compagnie d'une de mes lectrices, une de celles pour qui la cuisine est la pièce qui doit être au fond de l'appartement et qui donc ne maîtrise pas toujours les choses de la bouffe, à chaque fois j'ai droit à la même question… Et t'as des trucs simples sur ton blog ???
Je regarde alors celle qui m'accompagne un peu inquiet et je me dis que décidément chacun trouve la cuisine à sa porte et qu'à chaque fois elle peut être bien différente. Je lui demande ce que veut dire simple pour elle et je lui dis que simple pour moi c'est ce que je fais tous les jours, de la cuisine toute simple… Tout aussi souvent la réponse est la même… Alors c'est plus simple que je voulais dire !
Du coup aujourd'hui une recette encore plus simple pour elle et pour toutes celles qui commencent en cuisine et pour qui un peu de simplicité peut être rassurant… et puis tant qu'on cuisine, simple ou compliqué… 
Une recette donc toute simple un brioche perdu comme un pain perdu, un petit plaisir réconfortant et tout tout tout… simple à réaliser !
Brioche perdue au cédrat confit
Ingrédients : 1 brioche au cédrat confit ou n'importe quelle autre un peu rassie de préférence – 1 œuf – 25cl de lait – 25g de sucre en poudre – du beurre – ¼ de zeste de cédrat râpé très fin (ou une gousse de vanille si vous utilisez une brioche nature)
Fouettez dans un saladier l'œuf, le lait et le sucre en poudre.
Ajoutez le zeste de cédrat ou la vanille selon le cas et mélangez.
Coupez la brioche en tranches assez larges.
Mettez une grande poêle sur le feu et quand elle est chaude ajoutez un beau morceau de beurre.
Quand il commence à grésiller, tremper les tranches de brioche des deux côtés dans le saladier puis déposez les tranches dans la poêle. Faites dorer les tranches des deux côtés.
Quand toutes les tranches sont bien dorées vous pouvez les servir en parsemant par dessus des amandes effilées et un peu de crème fraîche.



Mais pourquoi, et d'abord c'est quoi simple ??? est-ce que je vous raconte ça…

samedi 19 avril 2014

Ça se bouffe mais seulement en images… La bourrache !

Après le kale et les pousses de kale les salsifis et les fraises blanches voilà la bourrache, une nouvelle venue dans cette série Ça se bouffe mais seulement en images… consacrée à mes petites rencontres dans le domaine de ce qui se bouffe, illustrée juste par une image, pour vous permettre, à vous aussi, de voir vraiment de quoi il s'agit !
Du temps de mes culottes courtes mes parents avaient un couple d'amis que l'on considérait… comme gentils parce qu'à l'époque "originaux" aurait presque été une insulte.
Il faut dire que ces deux-là passaient souvent leurs dimanches après-midi dans les bois et les sous-bois du côté du bois de Boulogne à traquer la petite feuille et la fleur comestible. De quoi passer à cette époque lointaine où les exploits du fils des âges farouches étaient encore d'actualité, pour des doux-dingues. Finalement ils n'étaient peut-être que des précurseurs…
Aujourd'hui les petites fleurs sont sur bien des tables au point que l'on peut se demander si certains restaurateurs ne feraient pas mieux de les oublier tant parfois elles sont inutiles au plat proposé… Mais dans le domaine de la bouffe, il y aussi des modes…
En tout cas voilà un nouvel ingrédient juste pour le plaisir des yeux, un ingrédient que j'aime bien utiliser de temps en temps avec ce petit goût étrange que je trouverais presque maritime et ça jolie touche de couleur ! Qui a dit que j'étais imperméable aux modes !
Et pour finir n'oubliez pas que les jeunes feuilles au goût beaucoup plus corsé et végétal sont aussi utilisables surtout ciselées pour étonner vos salades par exemple.


Mais pourquoi, je me demande si la prochaine de la série ne va pas ressembler à des pousses de… est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 18 avril 2014

And the winneuses are… Elles ont gagnés les quatre appareils de petit électroménager de la gamme Expressionist Collection d'Electrolux !

L'avantage des bateaux c'est qu'on ne peut pas courir bien loin… enfin sinon il faut apprendre à marcher sur l'eau et ça, mon hamster, il ne sait pas faire… pas encore !  

Du coup petits papiers dans le choixpeau et main innocente pour tirer les gagnants de ce petit jeu dont la réponse était la noix de coco comme vous avez été très nombreux et nombreuses à trouver. Et voici donc celles qui ont gagné les quatre appareils de petit électroménager de la gamme Expressionist Collection d'Electrolux !
- Maelle
Qu'est ce qu'ils sont gourmands ces pancakes ! On a juste envie d'une chose: être demain matin et en avoir sur la table =) J'en profite pour participer à ce superbe concours et ce pour tenter de gagner une cafetière. La notre nous a lâché ... Bonne soirée et bonne chance à tous.
- Marina
Noix de coco! suis certaine.... et comme choix, en cas de chance, un grille- pain Electrolux car je risque l'électrocution à chaque fois que je fais une tartine avec le mien ;-)
Merci !
- Délice Céleste
Salut Dorian,
Bon comme tu le dis, ce n'est pas de la farine et je pense donc (ou plutôt je me suis aidé des autres commentaires, comme tout le monde) qu'il s'agit de noix de coco. Ou de sucre glace. Ahaha. Partons sur la NdC.
Si ton petit bout de choux tire mon petit commentaire je crois que je serais assez fan du blender, pour équiper ma petite cuisine d'étudiante.
Et sinon, voici mon e-mail (avec un [at], je n'aime pas les robots spammeurs) :
Voici, et merci à toi pour le concours :)
- mh, de la lettre
Bonjour, Des cakes à la noix de coco... Jamais fait mais ça donne envie, bouilloire pour le thé merci et merci pour vos jolies photos !!!
Et bien sûr encore grand merci à tous d'avoir participé et merci à Electrolux pour ces cadeaux !
Et N'oubliez pas pour fêter sa gamme Expressionist Collection, Electrolux nous offre une petite folie, Now you're Cooking, un événement en live du 22 au 24 avril, où la cuisine va être à l'honneur dans tous les sens ! Petit déjeuner, déjeuner et goûter, tout va y passer !
Article sponsorisé 

Mais pourquoi, bon et au fait il faudrait peut-être que je donne la recette moi… est-ce que je vous raconte ça…

Le vendredi c'est retour vers le futur… Parce qu'on a toujours envie de ce qu'on n'a pas, Mystère Minute au Nutella…

C'est curieux comme on peut avoir souvent envie de ce que justement on ne peut pas avoir !
Et là sur mon bateau c'est justement un de ces desserts pratiquement infaisables au fil de l'eau qui m'a fait envie en cherchant la recette du jour dans mes archives. Une recette de glace avec plein de choses dedans dont je n'ai pas la première dans mon panier de campagne fluviale. Et c'est sans doute pour ça que justement cette foutue recette m'a fait encore plus envie que d'habitude !
Mystère Minute au Nutella
Dans un moule beurré mettez du praliné et puis passez-le au congélateur un moment... remplissez de glace à la vanille...
Laissez un trou au centre que vous remplissez avec de la meringue en p'tits bouts mélangée à autant de Nutella... recouvrez de glace..
Mettez au congel une p'tite heure... Mettez le moule dans l'eau bien chaude quelques secondes et retournez... et vous allez voir que des fois les mystères ne résistent pas longtemps et sont terriblement gourmands...

Mais pourquoi, ooooooooooh mon bateau c'est le plus beau des bateaux !!! est-ce que je vous raconte ça…

jeudi 17 avril 2014

Premier arrêt Cahors tout le monde descend au… marché évidemment ! Et petite fraîcheur de salade aux fraises, à la tomate et à la mozzarella !

Quand j'arrive dans une ville ma première préoccupation c'est de trouver le marché en faisant des prières pour que ce soit le bon jour !

Forcément, prévoyant comme je suis, je pars d'abord à sa recherche et seulement après, quand je tombe sur une halle ou une place aussi vide que la Concorde un 15 août, je me dis j'aurais p'têt' ben dû regarder les jours de marché, p'têt' ben…
Mais là, en arrivant vers le marché de Cahors j'ai vu les signes avant-coureurs qu'il se tenait bien là pas loin, il y avait dans les rues plein de petites dames au panier ou au petit charriot à roulettes qui en revenaient avec plein de jolies victuailles dedans… Pas de doute le marché m'attendait bien au bout de la rue.
Souvent en regardant un marché, après un ou deux coups d'œil, on sait… On sait si on est bien tombé et que l'on va revenir avec un panier garni plein de promesses à venir. Et là en descendant vers la halle, mes envies devenaient de plus en plus nombreuses.
Envie de ces fraises nombreuses qui peuplaient les étals, envie des pastis d'Elise qui m'attendaient déjà dans leurs boîtes, des herbes aromatiques qui s'étalaient sur plusieurs tables comme un petit jardin suspendu et puis des charcuteries du camion avec son jeune charcutier à l'air aimable qui discutait avec ses clientes… Envie, j'avais envie de ce marché !
Et puis gentiment je suis arrivé à la halle, j'ai pris un coup de fraîcheur et j'ai allongé ma liste d'envies !
J'ai trouvé là une charcutière chanteuse, des poissons plus frais que sur bien des bords de mer, quelques bouteilles qui ont bien rempli mon panier et surtout surtout un tripier à l'étal débordant de ces viandes et de ces abats que l'on néglige bien trop à mon goût… Petites queues de veau, araignées et joues de cochon, jolis rognons et belles tranches de foie... pendant que le jeune vendeur préparait un foie gras bien frais pour la p'tite dame de devant, je me disais que ce tripier-là et ce marché valaient bien des détours et une pose sur le fleuve !
Et c'est là que je me suis attrapé quelques fraises, quelques petites tomates, un peu de mozzarella et une furieuse envie d'une salade tout en fraîcheur !
Petite fraîcheur de salade aux fraises, à la tomate et à la mozzarella !
Ingrédients : 250g de fraises (des pas trop sucrées de préférence) – 150g de tomates cerise – 2 ou 3 boules de mozzarella – 2càs d'huile d'olive – 2càs de vinaigre de vin – des feuilles de menthe et d'origan – sel et poivre
Prenez deux ou trois fraises les plus mûres et écrasez les avec le vinaigre pour lui donner un bon goût de fraises. Filtrez le jus, salez et poivrez et mélangez-le avec l'huile d'olive. Réservez la sauce.
Lavez les fraises et les tomates cerises, coupez le tout en deux.
Egouttez puis coupez les boules de mozzarella ou défaites-les comme moi à la main.
Faites un tapis de mozzarella dans l'assiette puis posez par dessus les fraises et les tomates.
Parsemez les herbes et arrosez de sauce et mangez sans attendre.
Et si vous pouvez le faire au pied de Cahors sur le Lot c'est encore mieux !


Mais pourquoi, bon qu'est-ce que je vais bien pouvoir prendre à mon tripier moi… est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 16 avril 2014

Et dire que je ne me souvenais presque plus de ce que voulait dire le mot vacances… Petit voyage sur le Lot histoire de m'en rappeler !

Le mot vacances était devenu pour moi un synonyme de… plus grand chose à vrai dire depuis que je suis furieusement entré en cuisine. Je ne m'en plains pas d'ailleurs, vivre la cuisine intensément, du matin jusque souvent tard le soir ou même jusqu'au petit matin suivant, me remplit d'un bonheur  que je n'ai jamais rencontré dans mes quelques dizaines de vies antérieures et je ne changerai pas cette vie-là contre trois barils de vacances !
N'empêche que quand les autres arrivaient à la maison avec les yeux illuminés et pleins des souvenirs qu'ils avaient attrapés pendant ce qu'ils appelaient leurs vacances… souvent je me grattais la tête en me demandant, vacances, vacances mais qu'est-ce que veut dire ce mot déjà ?
Et puis il y a quelques temps j'ai reçu une de ces curieuses propositions que je reçois de temps en temps et si vous veniez passer une semaine sur le Lot sur un de nos bateaux ? Une semaine de vacances…
Ceux qui me connaissent un peu savent que ce type de propositions peut être assez contradictoire simplement avec… moi !
Parce qu'ils savent que je suis un homo urbanis, un urbain quoi, et jusqu'au bout du bout de toutes les extrémités de mon corps, vraiment au bout du bout quoi ! Que la nature est pour moi principalement un monde hostile peuplé de… d'ailleurs je ne veux même pas savoir de quoi puisque c'est hostile ! 
Si vous voulez me statufier dans la position de l'urbain horribilis, l'œil exorbité et le doigt de pied tendu en extension, c'est tout simple posez-moi au milieu d'un jardin et criez t'aurais pas une bébête qui te remonte le long du pied là ? vous allez voir c'est radical… un suricate au garde à vous avec les yeux à trente bons centimètres des orbites, c'est tout moi !
Et si ce n'était que ça… L'eau n'est pas mon amie et je m'en tiens généralement aussi écarté que possible et quand l'eau fait cause commune avec la nature je vous laisse imaginer. Et d'ailleurs en parlant d'eau, pour ce qui est de mon pied marin, je suis à peu près aussi à l'aise sur tout ce qui flotte qu'une enclume sur une piste de bowling. Et si c'était tout…
Mais ceux qui me connaissent bien savent autre chose, ils savent qu'une de mes activités principales est de me contredire moi-même .
Du coup quand j'ai vu que Marie, elle, partirait bien à l'aventure avec son vieux loup de… terre et que j'avais peut-être la chance de lui illuminer l'œil en criant que je serais éventuellement le roi du monde quelque part vers l'avant du bateau… quelque part vers l'avant parce que vous savez aussi que j'ai le vertige en imaginant que je pourrais monter sur une chaise… Et si c'était tout.
Quoi qu'il soit à ce moment-là je n'ai pas pu m'empêcher de lancer un… faites péter l'aventure et vogue le navire en route pour les… vacances !
Et cette petite semaine va aussi me permettre d'écrire autre chose que des recettes et  occuper pas mal de place par ici, parce que vous allez voir que l'aventure avec quelqu'un comme moi ça peut se révéler… aventureuse… à suivre donc !
Séjour offert par Les Canalous

Mais pourquoi, c'est curieux l'eau, plus tu la repousses plus elle revient, la nature est décidément bien contrariante ! est-ce que je vous raconte ça…

samedi 12 avril 2014

Simple comme un apéro camembert ! Apéro camembert rôti fruits secs et dukkah !

L'apéro est un de mes moments préférés de la journée surtout quand il signe la fin des activités et le début d'une soirée amicale.
En plus comme j'aime les apéros qui traînent, souvent tout ce que je mets sur la table suffit même à faire
un honorable repas ! Et forcément lors de ces apéros je cherche des recettes faciles et conviviales de celles qui ne demandent ni trop de travail avant, ni trop de vaisselle après, juste du plaisir et du partage quoi !
Et dans ce domaine ce camembert-là remplit bien ses deux conditions, pas trop à faire et presque rien à salir… Encore un qui risque de revenir souvent sur ma table !
Apéro camembert rôti, fruits secs et dukkah !
Ingrédients : 2 camemberts – 2càc de dukkah – 6 abricots secs – 4càs d'amandes effilées – 4càs de raisins secs blonds – 4càs de pistaches émondées – 4càs de noix – 4càs de miel
Commencez par poser votre camembert devant vous et tracez un cercle sur la croûte du dessus à environ ½ cm du bord. Enlevez ensuite la croûte de l'intérieur du cercle. Il ne reste donc plus qu'1/2 cm de croûte tout autour de la surface de votre camembert. Recommencez avec le deuxième.
Posez vos camemberts sur un papier sulfurisé rond, il doit être juste un peu plus grand que la boîte, regardez la photo c'est le papier qui dépasse de la boîte. Badigeonnez les côtés des camemberts de miel puis versez 1càs sur le dessus à la place de la croûte.
Versez le dukkah sur le dessus des camemberts, sur le miel, puis remettez-les dans leur boîte avec bien sûr le papier sulfurisé dessous.
Passez au four préchauffé à 180° pendant 10minutes.
Pendant ce temps hachez les abricots, les raisins, les pistaches et les noix puis mélangez le tout en ajoutant les amandes effilées.
Et dès que les camemberts sortent du four posez par dessus une jolie montagne de fruits secs.
Après des cuillères, du pain et des amis !



Mais pourquoi,  Je me demande si le dukkah n'est pas en train de devenir mon ami pour la vie… est-ce que je vous raconte ça…