lundi 20 octobre 2014

Et si j'avais enfin trouvé le livre à offrir à mes enfants ??? La bible culinaire des sœurs Scotto et curry de porc coco citronnelle et gingembre !

Mes enfants n'adorent pas cuisiner… bon il leur arrive de temps en temps de mettre une main dans mes préparations quand la faim les tiraille et qu'ils sentent que je patine un peu dans… sinon ils n'adorent pas cuisiner.

Mais forcément un jour ils devront, ils seront obligés de se préparer eux-mêmes leur pitance, un jour quand ils auront vintuians, quelque chose comme ça ou un peu plus… Ils partiront et mourrons peut-être de faim loin de moi… Du coup à chaque fois que je reçois un livre je me demande, et si je devais offrir donner un livre, est-ce que ça serait celui-là ? Un seul pour leur permettre de subsister entre deux venus à ma table, un livre pour cuisiner eux-mêmes.
Et rarement je me suis dit autant qu'avec le nouveau livre des Sœurs Scotto, leur bible culinaire en 500 recettes parue aux Editions du Chêne que je le tenais sans doute enfin.
En cherchant ce livre que je pourrais offrir à mes enfants petit à petit je me suis fait une image de ce fameux bouquin, amical, savoureux, voyageur, composé par des cuisinières qui mettent plus que de simples recettes dans leurs pages, simple et diverse pour pouvoir faire tout de suite mais aussi avancer en cuisine en sa compagnie, suffisamment classique pour y trouver des recettes attendues mais aussi suffisamment libre et originale pour pouvoir répondre à l'appétit des miens qui a tendance à vite s'ennuyer… Et plus je tournais les pages de l'ouvrage des Sœurs Scotto, recette après recette,  et plus je me disais que celui-là ressemblait vraiment à mes attentes.
Il faut dire que quand vous entrez en cuisine avec les trois sœurs, quand vous les suivez dans cette ouvrage, au fil des pages vous pouvez deviner les horizons et les cuisines qui ont été les leurs et surtout découvrir ce savoirs faire qui leur permet aujourd'hui  comme elles le disent si bien en quatrième de couverture, d'abandonner les grands classiques pour choisir des chemins de traverse, qui nous ont menées à une cuisine vivante, changeante et sans contrainte.
Et c'est sans doute tout ça qui explique que je suis en train de me dire que je vais sans doute commander trois exemplaires de ce livre là…
Et en attendant je vous propose un curry de porc diablement parfumé aux senteurs de citronelle et de gingembre, une recette très inspirée de leur recette mais que j'ai mis à ma sauce.
Curry de porc coco citronnelle et gingembre
Ingrédients : 1kg2 de porc désossé coupé en cubes d'environ 3cm de côté – 40cl de lait de coco – 2oignons moyens – 2 gousses d'ail – 3 tiges de citronnelle –  30g de gingembre - 1càs de curry en poudre – ½ càc de cannelle en poudre – 1piment oiseau – 10cl de bouillon de volaille - 1 petit bouquet de coriandre – du jus de citron vert
Enlevez les premières feuilles dures de la citronnelle et pelée le gingembre, puis hachez tout ça grossièrement.
Mettez dans la cuve d'un mixer et mixer finement, ajoutez le lait de coco et mixez de nouveau.
Filtrer ce mélange.
Epluchez l'ail et l'oignon, coupez en deux le piment et épépinez-le, hachez le tout grossièrement puis passez au mixer et hachez cette fois assez finement.
Si vous avez un boucher sympa comme moi en lui demandant votre cochon demandez-lui un peu de lard à faire fondre et faites le alors fondre dans une cocotte, sinon un filet d'huile ça le fera aussi.
A feu vif faites colorer la viande dans la cocotte. Quand elle est bien colorée de tous les côtés ajoutez le hachis d'oignon, d'ail et de piment et mélangez bien pendant une minute ou deux.
Ajoutez le curry en poudre et la cannelle en poudre et mélangez bien.
Ajoutez enfin le lait de coco parfumé et le bouillon de volaille, mélangez bien, portez à ébullition, baissez le feu, couvrez et faites cuire pendant une heure.
A ce moment-là découvrez et poursuivez la cuisson pendant 30 minutes.
Quand le curry est prêt servez-le avec du riz multicolore comme moi ou tout simple avec du citron vert et des feuilles de coriandre.
Ouvrage offert


Mais pourquoi, et d'abord pourquoi ils partiraient hein !!! est-ce que je vous raconte ça…

dimanche 19 octobre 2014

Première soupe de l'année ! Une soupe à vous allumer le feu… Velouté de butternut et de patate douce aux parfums d'Asie…

Les envies des cuisiniers du dimanche et des femmes enceintes ont pour point commun d'être parfois aussi étonnantes qu'irrationnelles…

Tiens, moi aujourd'hui en voyant la date je me suis dit c'est curieux j'ai pas encore fait de soupe à c't'heure ! Et aussitôt dit, aussitôt je m'attrapais une envie de soupe… Le problème c'est qu'on a beau être mi-octobre, le soleil et la température sont restés en position été. Du coup, les miens quand je me suis amené avec mon envie de soupe m'ont regardé comme si je venais de leur annoncer que j'allais installer un hammam à la place du congélateur où je fais la sieste chaque jour d'été…
Mais c'était sans compter sur leur point faible, leur goût immodéré pour les goûts d'Asie et ma fourbitude quand je veux vraiment quelque chose… et c'est ainsi que quelque temps plus tard ma cuisine sentait soupe de butternut et de patate douce aux parfums d'Asie et que les mouches n'ont pas tardé à arriver le bol à la main !
Velouté de butternut et de patate douce aux parfums d'Asie…
Ingrédients : 600g de chair de butternut – 200g de chair de patate douce – 1 oignon - 2càs d'huile d'olive –  50cl de bouillon de volaille ou de légumes – 1 boîte de 40cl de lait de coco – 1càs de gingembre frais râpé fin - 2càs de pâte de curry rouge ou orange – 1càs de nuoc nam – 2 ou 3 càs de cacahuètes légèrement grillées – 1 petit bouquet de coriandre et un autre de basilic thaï – des citrons verts pour servir
Coupez en petits cubes le butternut et la patate douce. Hachez assez finement l'oignon.
Versez l'huile dans une cocote et faites cuire à feu bien vif l'oignon jusqu'à ce qu'il commence à peine à colorer. Ajoutez alors le gingembre et la pâte de curry et mélangez bien.
Ajoutez les légumes et mélangez de nouveau en insistant bien.
Ajoutez le bouillon et portez à ébullition, couvrez et poursuivez la cuisson à bons bouillons pendant 15 minutes, jusqu'à ce que tous les légumes soient bien tendres.
Retirez du feu et mixez le tout finement avec un mixer plongeant. Remettez sur le feu et ajoutez le lait de coco, gardez-en un peu pour décorer les assiettes, vérifiez le sel, poivrez.
Servez le velouté bien chaud dans les assiettes et terminez en ajoutant le lait de coco restant, la coriandre, le basilic thaï grossièrement haché et les cacahuètes, elles aussi grossièrement hachées. Proposez des tranches de citron vert avec la soupe.
PS : une soupe c'est une soupe… des soupes c'est… Amoureusement soupe ! J'espère que vous avez déjà mis la date du 8 Novembre en rouge sur vos agendas pour aller manger de la soupe !


Mais pourquoi, bon demain il gèle et si je faisais des esquimaux moi… est-ce que je vous raconte ça…

samedi 18 octobre 2014

Et si c'était le meilleur Jamie Oliver depuis… Attention Jamie's Comfort Food est irrésistible ! Et diaboliques cookies très chocolat aux Maltesers et au gingembre !

Jamie Oliver est un cyclique, tous les trois ou quatre livres il nous pond un de ces trésors de gourmandises comme il sait faire, un de ces livres dont je tourne les pages fébrilement en répétant ça et ça et ça et ça… et à la fin duquel que me rend compte que les ça, les recettes que j'aimerais faire, concernent presque toutes les pages !  

C'est presque devenu un rituel avec Jamie Oliver, il suffit d'attendre en patientant avec ses livres intermédiaires et ça finit toujours par arriver, au bout d'un moment il finit toujours par tomber, ce livre tellement... La série de ses indispensables est déjà longue, So British, 30 minutes chrono, Cook, 100 Recettes de saison de mon jardin… Et en voilà donc un nouveau Jamie's Comfort Food, peut-être le plus indispensable des indispensables !
Peut-être parce que celui-là, ce Jamie's Comfort Food paru pour l'instant seulement en anglais chez Penguin, est un pur jus pur cru 100% Jamie, diaboliquement servi par les photos de son complice David Loftus. Là, pas de pitié et pas de quartier ça coule, ça dégouline, ça réconforte à toutes les pages, encore plus que d'habitude.
La cuisine de Jamie Oliver n'a jamais été raisonnable, il y a toujours eu un petit côté Monsieur Plus dans ses assiettes, un petit… qui cette fois n'est vraiment pas qu'un petit !
Dès l'ouverture de l'ouvrage ont sait que le réconfort va nous arrondir joliment le bidon, Chicken Tikka massala, Shepherd's pie, Beans on toast… après avoir lu les trois premières recettes je commençais déjà à défaire la ceinture. Et ça continue donc comme ça tout au long de cet ouvrage… Chicken shawarma, Winter nights chilli, Jamaican gingercake, Chocolate celebration cake…
Alors à vous de voir et de savoir si vous allez courir l'acheter en version originale ou attendre que dans quelques temps la version française arrive du côté de chez Hachette cuisine… mais attention l'attente est quelque chose qui ouvre encore plus l'appétit !
De mon côté je vous propose des cookies, des cookies que j'ai remis un peu à ma sauce en montant même un peu le curseur du réconfort… juste juste un peu.
Diaboliques cookies très chocolat aux Maltesers et au gingembre
Ingrédients : 60g de beurre demi-sel – 210g de chocolat noir – 1 boîte de 385g de lait concentré sucré – 30g d'amandes effilées – 210g de farine – ½ càc de levure chimique – 120g de Maltesers – 60g de chocolat blanc – 20g de gingembre confit - du chocolat au lait et quelques Maltesers de plus…
Mettez dans un saladier le chocolat cassé en morceaux et le beurre coupé aussi en morceaux. Faites fondre le tout au micro-ondes. Mélangez bien le contenu du saladier, ajoutez le lait concentré puis mélangez de nouveau.
Ecrasez les amandes effilées entre vos doigts et ajoutez-les, ajoutez aussi la farine et la levure chimique, le gingembre râpé le plus fin possible puis remuez le tout. Mettez au frais pendant que vous préparez le reste des ingrédients.
Hachez les Maltessers et le chocolat blanc, pas la peine de hacher trop fin.
Ajoutez au contenu du saladier et remettez au frais jusqu'à ce que la pâte durcisse un peu, une trentaine de minutes.
Avec une cuillère à soupe prélevez des morceaux de pâte d'environ 60g et posez-les sans leur donner une forme particulière sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Enfournez les cookies dans un four préchauffé à 180° pendant 12 à 15 minutes, 12 pour des cookies bien chewies ou 15 pour des cookies plus croquants.
A la sortie du four, vous pouvez comme moi les couvrir d'un peu de chocolat au lait et de quelques brisures de Maltesers histoire d'être totalement réconforté !


Mais pourquoi, est si je me réconfortais définitivement en allant aussi voir du côté de Nigellaaaaa… est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 17 octobre 2014

Le vendredi c'est retour vers le futur… Régressif dessert, sablés de petits beurre, Nutella et banane !

Depuis un moment je regarde le thermomètre de ma salle à manger avec de plus en plus d'inquiétude, il descend inexorablement vers des températures où le pingouin que je suis va se sentir la plume joyeuse, mais aussi où tout le reste de ma famille risque de passer en mode révolutionnaire.

Parce que cette année j'ai décidé d'attendre, attendre, attendre… le plus possible avant de lancer le chauffage. Du coup je me retrouve avec une famille de Schtroumpfs, la goutte presque au nez quand la barre des 16° matinaux commence à se profiler. Et une fois de plus la bouffe…
C'est fou ce que la bouffe peut faire comme choses, réchauffer, réconforter, redonner du moral et de la joie à la troupe et ainsi faire reculer les révolutions ! Et comme je commence à connaître leurs points faibles ce n'est pas à coup de soupe que je leur ai réchauffé l'intérieur et le moral mais à coup de régressif et de confortable ! A coup de sablés de petits beurre de Nutella et de banane, une recette découverte il y a quelques temps à la table des Fils à Maman.
Sablés de petits beurre Nutella et banane
Ingrédients : ½ paquet de petits beurre – 60g de beurre mou – 2càs de praliné en grains – 1 banane – du Nutella – 20cl de crème liquide entière – 2càs de sucre glace - des décorations en sucre coloré
Ecrasez les biscuits de manière à les réduire en poudre puis mélangez-les avec le beurre et le praliné en grains. Remplissez avec ce mélange des cercles à pâtisser et tassez bien puis mettez les palets ainsi formés au frais pendant une heure.
Coupez les bananes en tranches.
Montez la crème et le sucre glace en chantilly bien ferme.
Montez le dessert, répartissez les bananes sur les sablés, ajoutez une belle cuillerée de Nutella, couvrez généreusement de chantilly et terminez avec les décors en sucre juste parce que c'est beau !


Mais pourquoi, bon je remets le chauffage à 12°… 11°… 10°… est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 15 octobre 2014

Et si je n'étais qu'un foodist…O qui s'ignore ??? OPP One Pan Pasta au paprika et aux fromages au menu !

L'autre jour alors que je me promenais sur la toile comme je le fais souvent, allant de liens en liens sans vraiment d'autres buts que de m'ouvrir l'appétit, voilà que je tombe sur un petit test autour des recettes cultes de la blogosphère, sur nos food-fixettes…
Comme je suis assez joueur, me voilà parti pour le test… Mais vue ma scolarité un peu compliquée pendant laquelle un de mes profs a résumé mon implication d'alors par un "absent même quand il est là " finalement assez réaliste… Donc au vu de tout ça quand je commence un test je m'attends surtout à un zéro pointé à la fin. Et là 8 bonnes réponses sur 8… Je frissonne presque inquiet, je me passe la main sur le front pour savoir si une fièvre galopante ne m'avait pas pris, et non, j'avais juste tout bon et même pas de maladie associée.
Et puis je me suis dit que j'allais regarder ces drôles de recettes qui trainent donc sur bien des blogs et en regardant de plus près je me suis rendu compte que moi-même j'en avais déjà réalisées deux parmi la liste… Nouvelle surprise !
Serais-je un foodist… o qui s'ignore, serais-je frappé moi aussi de plein fouet par les modes ? Est-ce que j'allais me réveiller le lendemain en criant j'ai loupé ma vie, j'ai loupé ma vie ! Je suis un ménager de plus de cinquante ans et je n'ai jamais fait de rainbow cake !
Je me suis repassé la main sur le front et visiblement toujours pas de fièvre… Du coup comme je m'étais attrapé une furieuse envie d'un OPP, un One Pan Pasta, une des food-fixette, je me suis dit qu'au lieu de m'attraper une méningite réflexive j'allais cuisiner et plutôt m'attraper un p'tit bourlet pour l'hiver qui s'annonce bien rude !
One Pan Pasta au paprika et aux fromages
Ingrédients : 1 càs d'huile d'olive – 2 gousses d'ail - 1 gros oignon coupé – 250g de steak haché – ½ l de bouillon de volaille -1 boîte de tomate en cubes – 200g de haricots blancs cuits (poids égoutté) – 200g de haricots rouges cuits (poids égoutté) – 1càs de paprika – 1càc de cumin en poudre – 300g de pâtes du type pipe rigate, mais vous pouvez en utiliser d'autres – 60g de Comté râpé – 60g de mimolette râpée (si elle est un  peu vieille c'est mieux) – un petit bouquet de persil plat – sel et poivre
Coupez les gousses d'ail en deux et enlevez le germe, épluchez puis hachez grossièrement l'oignon.
Faites chauffer l'huile dans une cocotte à bon feu et ajoutez-y l'ail et l'oignon. Faites revenir jusqu'à ce que l'oignon commence à colorer. Ajoutez alors la viande grossièrement émiettée et prolongez la cuisson jusqu'à ce qu'elle commence à dorer.
Ajoutez le paprika et le cumin et remuez bien le tout. Ajoutez la tomate et mélangez encore.
Ajoutez les deux haricots, les pâtes et le bouillon, salez et poivrez et mélangez le tout à nouveau.
Poursuivez la cuisson en remuant régulièrement jusqu'à que les pâtes soient cuites à point, la cuisson a duré vingt minutes en ce qui me concerne, mais il faut juste goûter souvent pour être sûr !
Eteignez alors le feu et couvrez la cocotte pendant 3 minutes, le jus va finir d'être absorbé par les pâtes.
Pendant la cuisson des pâtes, préparez le mélange de fromage. Râpez avec une râpe à gros trous la mimolette et hachez le persil. Versez dans un mixer les deux fromages et le persil puis donnez quelques coups de mixer juste pour tout réduire pas trop finement et tout mélanger.
Quand les pâtes sont prêtes, servez-les dans des assiettes creuses et arrosez-les avec le mélange de fromages au persil, soyez généreux ! Dégustez sans attendre.
Ma version est " sèche " c'est-à-dire que la sauce enrobe les pâtes mais sans qu'il y ait de bouillon, vous pouvez aussi choisir de faire une version ressemblant à un minestrone, ajoutez alors 50cl de bouillon supplémentaire et ne fermez pas la cocotte en fin de cuisson.


Mais pourquoi, kringle, kringle… je me demande si je ne vais pas finir par... est-ce que je vous raconte ça…

lundi 13 octobre 2014

C'est la semaine du Goût ! Le Sucre, un gâteau à la mousse au chocolat et plein de choses à gagner...à vous de jouer !

Le goût est une bien drôle de chose... quelque chose de très très personnel. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas dit-on et pourtant on passe souvent notre temps à parler du goût des choses. Il semble alors si personnel et pourtant...

Faites cette drôle d'expérience, prenez quelques amis, quelques enfants ou quelques membres de votre famille. Remplissez quatre petits bols, chacun avec un des éléments suivant, du sucre en poudre, du sel, du jus de citron et par exemple du jus de pamplemousse... sucré, salé, acide et amer. Demandez à chacun de goûter du bout du doigt chacun des quatre bols, l'un après l'autre, et photographiez-les juste quand ils commencent à goûter.
Mélangez toutes les photos et regardez-les... Et je suis presque sûr que vous pourrez deviner à quel moment chacun goûte un des produits, un en particulier, je vous laisse deviner lequel... essayez vous verrez !
Le goût est une bien drôle de chose...
A l’occasion de la Semaine du Goût qui se déroule du 13 au 17 octobre, je vous propose de découvrir une recette en partenariat avec " Le Sucre ", un gâteau à la mousse au chocolat ! Un gâteau où l'amertume du chocolat va être adoucie par le sucre qui aussi peut prendre bien des formes et avoir bien des goûts !
Gâteau à la mousse au chocolat
Ingrédients :
Pour la base : 150g de biscuits du type digestive (Mc Vities) ou sablés – 1càs de cocao en poudre – 60 g de vergeoise blonde – 60g de beurre
Pour la mousse : 400g de chocolat noir – 120g de crème liquide entière – 4 œufs,  blancs et jaunes séparés – 45g de sucre en poudre
Pour la couverture : 90g de chocolat noir – 90g de crème liquide entière – 20g de miel liquide
Commencez en réalisant la base du gâteau. Versez dans la cuve d'un mixer les biscuits et mixez finement. Ajoutez les autres ingrédients, le cacao, la vergeoise et le beurre coupé en petits morceaux et mixez le tout jusqu'à obtenir un sablé homogène.
Beurrez un moule à charnière d'environ 20cm. Couvrez-le ensuite de papier sulfurisé, le fond et les côtes. Tassez dans le fond du moule le crumble, tassez bien avec le dos d'une cuillère. Mettez le moule au frais le temps de préparer la mousse.
Mettez les blancs d'œufs dans un grand saladier et fouettez jusqu'à ce qu'ils commencent à monter joliment. Ajoutez alors le sucre en poudre en pluie tout en continuant de fouetter, jusqu'à obtenir une meringue bien onctueuse.
Mettez le chocolat cassé en morceaux dans un grand saladier et ajoutez la crème liquide. Faites fondre au micro-ondes et lissez jusqu'à obtenir une crème bien onctueuse.
Laissez tiédir si la crème est chaude.
Ajoutez les jaunes d'œufs et mélangez-les très rapidement, n'insistez pas trop.
Ajoutez un tiers des œufs en neige et fouettez vivement. Ajoutez le reste des œufs en neige et incorporez-les cette fois délicatement à la maryse.
Versez cette crème sur le fond du gâteau et placez au frais quelques heures, comptez 4 heures pour que la mousse soit bien prise.
Quand la mousse est prise (n'hésitez pas à passez le gâteau pendant 30 minutes au congélateur à ce moment là) terminez en réalisant la couverture.
Mettez le chocolat cassé dans un saladier et faites chauffer la crème mélangée au miel au micro-ondes. Versez la crème sur le chocolat puis couvrez le tout avec une assiette. Laissez reposer quelques minutes, au moins trois. Fouettez délicatement jusqu'à obtenir une ganache bien. Laissez –la refroidir.
Versez la ganache sur le gâteau et lissez-la avec une spatule… vous n'avez plus qu'à déguster !

Et maintenant je vous propose pour cette Semaine du Goût et en partenariat avec " Le sucre " de découvrir la question grâce à laquelle vous allez pouvoir gagner des livrets Sucre et Astuces de champions et 3 cartes cadeaux Ateliers des Chefs !
Mais d'abord comment participer ? C'est très simple réponde seulement à la question suivante dans un commentaire :
Qu'est ce que la vergeoise?
1/Du sucre blanc
2/Du sucre de betterave
3/Du sucre en morceaux
Et si jamais vous hésitez, découvrez la réponse sur le site du Sucre !
Vous avez jusqu'au vendredi 17 octobre 17h pour participer !
Ensuite trois d'entre vous seront tiré au sort et gagneront chacun une carte cadeau Ateliers des Chefs ainsi qu’un livret Sucre et Astuces de Champion et sept autres seront tirés au sort et gagneront chacun un Livret Sucre et Astuces des Champions, dans lesquels les Champions de France du Dessert évoilent leurs secrets  bien gardés ! Et si vous le voulez vous pouvez lire le règlement du concours.
Et maintenant à vous de jouer !
Et surtout n'oubliez pas de laisser un mail dans votre commentaire pour vous joindre si vous êtes un des gagnants !
Et si vous voulez éviter de laisser votre mail visible, écrivez votre commentaire sans mail, faites un
copié/collé et envoyez-moi le message à l'adresse suivante : doriancuisine@free.fr
Article sponsorisé


Mais pourquoi, et si on ajoutait une cinquième saveurs comme au Japon on la reconnaitrait sur les photos ? est-ce que je vous raconte ça... 

dimanche 12 octobre 2014

Papa tu sais je crois que j'aime plus le Nut… Pâte à tartiner maison noisettes et amandes !

Papa, tu sais je crois que j'aime plus le Nutella… qu'elle m'a dit ma grande merveille, il y a quelques temps.

Elle qui vidait pot sur pot il y a peine… Elle qui regardait le placard ouvert et était capable après un coup d'œil d'affirmer y'a rien là dedans ! juste parce que ce qu'il n'y avait justement pas de Nutella dans ce placard tellement plein qu'on n'arrivait à peine à le fermer…  Elle qui m'offrait aussi un merveilleux alibi pour que je puisse, moi aussi, mettre le nez dans le Nutella et mettre à mal quelques pots…
Celle-là même m'a donc dit, papa tu sais je crois que j'aime plus le Nutella… et du coup alors que j'avais complètement renoncé à faire des pâtes à tartiner maison qu'elle regardait aussi dédaigneuse qu'un pingouin à qui on proposerait de passer ses vacances dans un hammam ! 
Forcément avant elle n'aimait que le… Sauf que maintenant l'espoir renaît, il se pourrait qu'un jour enfin elle me dise… tu sais papa je crois que j'aime ta pâte à tartiner… Un jour peut-être !
Pâte à tartiner maison noisettes et amandes !
Ingrédients : 150g de noisettes – 90g d'amandes émondées – 180g de sucre en poudre (vous pouvez varier les sucres et je pense que la prochaine fois je vais essayer avec du jaggery) – 30g de cacao en poudre -1càs d'huile de noisette ou d'amande – 1 pincée de sel
Faites chauffer votre four à 180°. Etalez les noisettes sur une plaque et les amande sur une autre puis enfournez-les pendant une dizaine de minutes en vérifiant qu'elles ne dorent pas trop.
Sortez-les du four, mettez les noisettes dans un torchon et frottez-les pour enlever toutes les peaux brunes des noisettes. Mettez-les alors dans le bol d'un mixer. Ajoutez les amandes.
Faites tourner longuement, au début ça va hacher de plus en plus, puis une masse va se former et s'agglomérer. Continuez jusqu'à ce que la pâte commence à rendre son huile.
Ajoutez alors tous les autres ingrédients, le sucre en poudre, le cacao en poudre, l'huile et le sel et mixez le tout longuement jusqu'à obtenir une pâte onctueuse. Ça va rester un peu grumeleux, aucune pâte à tartiner maison ne ressemblera jamais au Nutella mais ce n'est pas le but !
Laissez reposer dans le mixer pendant une dizaine de minutes puis remettez un bon coup de mixer puis recommencez cette opération une deuxième fois. Il s'agit là d'incorporer le sucre en poudre.
Ensuite vous pouvez rangez la crème dans des petits pots ou bien la tartiner sur ce que vous voulez !


Mais pourquoi, bon et comment je fais moi maintenant sans mon alibi ? est-ce que je vous raconte ça…

vendredi 10 octobre 2014

Le vendredi c'est retour vers le futur… Ma madeleine de Proust à moi ce sont des… madeleines !

Je crois que j'ai découvert les madeleines chez Maria, une amie de la famille… enfin jusqu'à ce que ma mère se fâche avec elle comme elle l'a fait avec la moitié de la planète. Maria était une de ces bonnes femmes pour qui la cuisine et la générosité semblaient intimement liées.
Nous allions chez elle régulièrement le dimanche midi et le rituel était le même à chaque fois. Elle commençait à mettre la table, enfin on devrait plutôt dire à remplir la table. Elle apportait alors des petits plats et des grands, tous aussi remplis qu'un pingouin venant traverser un banc de sardines, des plats et encore des plats… Et puis fatalement à un moment la table n'en pouvait plus alors que nous commencions déjà à nous demander comment nous allions pouvoir avaler tout ça, mais il restait encore des plats en cuisine, des petits et des grands…
Du coup Maria rangeait différemment les plats sur la table pour qu'ils rentrent tous, elle rangeait une fois, deux fois, trois… autant de fois que nécessaire pour vider la cuisine. Et quand c'était le cas nous pouvions enfin nous asseoir et essayer de finir tout ça… essayer !
Et quand tout ça était fini, que nos avions rendu les armes et que nous ne pouvions même plus imaginer que manger était un mot que nous allions réutiliser un jour dans notre vie. Alors que les grands prenaient le café, Maria s'amenait vers moi et me déposait une madeleine dans la main et même si je ne savais plus à ce moment ce que le mot faim voulait dire, il me restait toujours une petite place pour cette madeleine, pour ma madeleine…
Mes madeleines
Ingrédients : 3 œufs –200 g de farine – 150g de sucre – 180g de beurre – 5g de levure chimique – 20g de lait – du zeste de bergamote râpé très fin (ou à défaut de citron)
Mélangez dans un saladier les œufs et le sucre en poudre, fouettez bien longuement.
Ajoutez et mélangez la farine et la levure tamisées au dessus du saladier et le zeste de bergamote.
Incorporez enfin le beurre fondu et le lait.
Beurrez généreusement vos moules à madeleines.
Versez la pâte sans remplir les moules, au ¾ c'est bien. Attendez cinq minutes avant d'enfourner.
Enfournez dans un four préchauffé à 220° puis baissez tout de suite à 200°.
Faites cuire pendant 8 à 10 minutes.
Laissez à peine tiédir puis sortez les madeleines du moule et laissez-les refroidir sur une grille.
Attention ça se mange beaucoup beaucoup plus vite que ça ne se fait !
My madeleines
Ingredients: 3 eggs - 200g flour - 150g caster sugar - 180g butter - 5g baking powder - 20g milk - very finely grated bergamot orange zest (or lemon)
In a large bowl, take time to well whisk together the eggs and sugar.
Mix in the sifted flour and baking powder as well as the bergamot orange zest.
Then, blend in the melted butter and milk.
Generously butter a madeleine pan and fill it up to 3/4 each. Wait for 5 minutes before putting in the oven, preheated at 220°C/425°F.
As soon as you put the pan in the oven, turn it down to 200°C/400°F.
Cook for 8 to 10 minutes.
Barely let the madeleines warm down and take them out of the pan. Let cool down on a cooling rack.
Just bare in mind it gets eaten way faster than it takes to make them!


Mais pourquoi, mais alors la madeleine de Proust ça serait aussi une… madeleine… est-ce que je vous raconte ça…

jeudi 9 octobre 2014

Le chocolatmaniaque frappe encore ! Mi-crème mi-choco aux épices sous les marshmallows !

Je me suis rendu compte que pendant mon petit périple à travers l'Europe, une petite chose m'a vraiment manquée, mon p'tit carré de chocolat du soir… enfin petit… ça, ça m'a manqué, ça et quelques autres chose qui ne se mangent pas bien sûr ! 
Mais ce petit plaisir que je m'accorde souvent… très souvent, m'a vraiment manqué et du coup depuis que je suis rentré la vitesse à laquelle mon stock baisse, remonte, baisse… est assez vertigineuse ! Et ce n'est pas avec ce petit plaisir du jour dont j'ai une nouvelle fois trouvé l'idée dans le dernier Donna Hay que ça va s'arranger, un petit plaisir que j'ai largement plus chocolaté et épicé que la version originale !
Mi-crème mi-choco aux épices sous les marshmallows !
Ingrédients : 45cl de lait entier – 20cl de crème liquide entière – 120g de chocolat noir – 1càs de cacao en poudre – 2 gousses de vanille – 2 bâtons de cannelle – 2 étoiles de badiane – 2 gousses de cardamome écrasées – 60g de sirop d'érable – 4 jaunes d'œufs – 60g de sucre en poudre – des marshmallows
Versez le lait et la crème dans une casserole, ajoutez toutes les épices, les gousses de vanilles coupées en deux dans la longueur et grattées, la cannelle, la badiane et la cardamome.
Portez le tout à ébullition à feu assez doux. Retirez du feu puis laissez tiédir pendant une quinzaine de minutes. Filtrez le contenu de la casserole et remettez-y le liquide. Ajoutez le chocolat coupé en morceaux et le cacao en poudre et portez de nouveau à ébullition.
Pendant ce temps fouettez les jaunes d'œufs avec le cacao en poudre.
Versez le contenu de la casserole sur les œufs battus tout en fouettant puis remettez le tout de nouveau dans la casserole. Portez une dernière fois à ébullition en remuant régulièrement, ça va joliment épaissir et devenir onctueux, onctueux…
Répartissez dans des petits bols et ajoutez des marshmallows que vous aurez un peu grillés dans chaque bol, après à vous de voir si vous voulez partager...

Mais pourquoi, bon et maintenant j'en fais quoi du reste de la tonne de chocolat que j'ai en stock… est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 8 octobre 2014

Et si la vanille pouvait encore nous étonner ??? Subtile Vanille de Nathalie Helal et tarte aux pommes confites à la crème vanillée et autres petites choses…

Quand j'ai reçu le livre de Nathalie Helal, Subtile Vanille paru chez Albin Michel, la première chose que je me suis dite c'est la vanille, facile, j'en mets déjà partout !

Et puis pris comme d'une inquiétude j'ai été voir ce que j'avais publié sur mon blog, qu'elles étaient donc ces nombreuses recettes, aussi diverses que variées que j'avais déjà publiées et là… Là, j'ai trouvé une recette de crème pâtissière, puis deux, puis trois, puis… beaucoup ! Et puis quelques autres recettes où la vanille venait se mêler, presque se perdre avec d'autres épices bien plus puissantes que la délicate gousse… et après… eh bien plus grand chose finalement.
J'ai donc dû me rendre à l'évidence, si j'utilise régulièrement de la vanille c'est généralement pour peu d'usages différents et parmi eux très très souvent pour faire de la crème pâtissière ou d'autres crème de la même famille. Du coup je suis retourné vers le livre de Nathalie Helal avec une curiosité beaucoup plus aiguisée. Et au fil des pages je me suis rendu compte que la phrase que j'ai le plus souvent prononcée à été, tiens tiens on peut aussi préparer ça avec de la vanille, avant de corner la page et faire de même avec… la suivante !
En effet, si son ouvrage comporte un certain nombre d'incontournables et de recettes attendues, d'ailleurs souvent réinterprétées à la manière de Nathalie Helal, comme la crème anglaise et la fameuse pâtissière mais aussi le riz au lait, le marbré ou les caramels, la religieuse ou le cheesecake, aucun ne manque donc et tous sont furieusement et joliment vanillés… C'est loin d'être son principal atout.
Il nous fait aussi découvrir ce qu'on peut faire d'autre avec de la vanille et surtout dans le domaine du salé ! Parce que c'est peut-être là que la vanille est la moins utilisée, sans doute parce que ce ne sont pas les recettes les plus faciles. Et dans ce domaine vous verrez que les jolies gousses peuvent s'accommoder aux fruits de mer et aux poissons, aux légumes comme aux volailles au point que ce petit livre mériterait de s'appeler subtile et étonnante vanille !
Et pour illustrer ce livre de Nathalie Helal, j'ai eu envie de sa recette de tarte en suivant ses conseils et en la mettant un peu à ma sauce… une sauce caramel au beurre salé bien sûr !
Tarte aux pommes confites à la crème vanillée et autres petites choses…
Ingrédients : 1 rouleau de pâte sablée – 6 pommes à tarte (j'ai utilisé des rubinettes bien parfumées et croquantes) – 90g de beurre mou (30+60g) – 20cl de lait – 2 jaunes d'œufs – 90g de sucre en poudre (30+60g) – 20g de Maïzena - 2 gousses de vanille – 2 ou 3 càs de caramel au beurre salé assez liquide
Etalez votre pâte sur une feuille de papier sulfurisé. Fendez les gousses de vanille puis grattez-les au dessus de la pâte. Ecrasez les graines sur la pâte de manière à les incruster dedans avec le plat d'une spatule. Donnez un petit coup de rouleau pour égaliser la pâte.
Couvrez-en un moule à tarte beurré et fariné puis piquez-la avec une fourchette. Couvrez la pâte de papier sulfurisé puis remplissez-la avec des haricots secs, des poids ou comme moi avec de la farine.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° et faites cuire pendant une vingtaine de minutes.
Chauffez le lait dans une casserole avec les gousses de vanille grattées.
Fouettez dans un saladier les jaunes d'œufs, la Maïzena et 30g de sucre.
Quand le lait est bouillant, retirez les gousses de vanille puis versez le en filet dans le saladier, fouettez en même temps que vous versez le lait.
Remettez le tout dans la casserole puis portez à ébullition à feu moyen en remuant constamment, la crème va ainsi épaissir.
Versez-la tiédir dans un petit bol couvert de film alimentaire au contact. Ajoutez alors 60g de beurre coupé en petits morceaux et fouettez le tout jusqu'à obtenir une crème bien lisse et onctueuse.
Pelez puis coupez les pommes en quatre, enlevez les trognons puis coupez-les en tranches d'environ ½ cm.
Faites chauffer 30g de beurre dans une sauteuse et ajoutez-y les pommes et 60g de sucre en poudre. Faites confire les pommes jusqu'à ce qu'elles commencent à peine à dorer en remuant bien régulièrement.
Quand le fond de tarte est prêt, sortez-le du four, retirez la garniture de cuisson et sans attendre badigeonnez-la délicatement avec un pinceau trempé dans le blanc d'œuf. Laissez tiédir.
Versez la crème sur le fond de tarte puis les pommes et enfournez à 210° pendant une douzaine de minutes, juste le temps que les pommes prennent une jolie couleur.
Et si vous êtes comme moi, juste un peu gourmand, terminez en versant sur la tarte le caramel au beurre salé dont vous trouverez la recette là : Mon caramel au beure salé (choisissez la version liquide).
Vous pouvez aussi retrouver Nathalie Helal du lundi au vendredi à 11h dans l'émission On cuisine ensemble sur France bleu !
Ouvrage offert

Mais pourquoi, bon et maintenant si j'attaquais la vanille dans un plat salé justement… est-ce que je vous raconte ça…