mardi 24 mai 2016

Ma tortitatin parce que décidément j'aime les noms à la...

Souvent j'ai des amis ou des lectrices qui m'écrivent entre énervement et désespérance pour me demander quel nom à la... j'ai encore pu donner à la petite recette qu'ils ont cherché de longues heures dans ma cuisine virtuelle. Et je sens à ce moment-là qu'ils ajouteraient bien à la fin de leur phrase un pourquoi mais pourquoi tu as encore donné ce nom improbable à ta recette, ce nom qu'on ne retrouve pas !
Le problème c'est que je n'ai pas vraiment de raison, enfin à part que la vie serait trop triste si on n'attrapait pas chaque occasion de s'amuser, y compris en cuisine ! Souvent les noms de mes recettes tiennent de la blague Carambar et sont aussi improbables que ces noms de recettes des années 70 qui une fois lues ne vous laissaient qu'une interrogation en tête, mais de quoi il parle !
Et encore une fois je n'ai pas résisté, mais cette fois avec quelques bonnes raisons puisque cette recette-là commence comme une tatin et finit comme une tortilla... La tortitatin était née !
Ma tortitatin
Ingrédients : 500g de petites pommes de terre (j'ai utilisé des jolies primeurs de Noirmoutier qui sont parfaites pour l'exercice) – 8 œufs - 2càs d'huile d'olive -1 petit bouquet de persil haché – 4 oignons nouveaux émincés – quelques pincées de piment d'Espelette – sel et poivre – quelques feuilles de mesclun pour servir avec
Mettez dans un saladier les œufs, les 2/3 du persil et des oignons et fouettez le tout rapidement. Ajoutez le piment, salez et poivrez et mélangez de nouveau.
Faites ensuite cuire les pommes de terre juste lavées pendant une douzaine de minutes dans une casserole d'eau salée. Retirez de la casserole, égouttez et laissez tiédir puis coupez-les en deux.
Versez l'huile dans une grande sauteuse anti-adhésive d'environ 28cm de diamètre (attention elle doit pouvoir passer au four!)
et faites la chauffer à feu assez vif. Déposez les pommes de terre côté coupé vers le fond de manière à couvrir tout le fond de la sauteuse. Faites dorer environ 5 minutes en surveillant, il faut qu'elles soient joliment dorées. Retirez du feu.
Versez à ce moment-là le saladier contenant les œufs dans la sauteuse et enfournez dans un four préchauffé à 180°, 12 à 15 minutes, le temps que l'omelette soit bien prise.
Vérifiez que l'omelette ne colle pas et retournez-la sur une assiette. Si elle colle légèrement n'hésitez pas à la couper en quatre et à sortir les parts avec une large spatule.
Servez alors sur une assiette et terminez en parsemant le persil et les oignons restants et en parsemant le mesclun dessus. Vous pouvez bien sûr l'accompagner d'une jolie salade réalisée avec le même mesclun
Mais pourquoi, bon et la prochaine recette je vais l'appeler comment... est-ce que je vous raconte ça...

dimanche 22 mai 2016

Gâteau très chocolat et pommes noisettes pour un dernier rendez-vous cidronomique...

Souvent quand on pense pique-nique, difficile d'ailleurs de penser pique-nique en ce moment alors que le ciel semble décidé à nous tomber sur la tête, on pense simple, très simple... quelquefois trop simple à mon goût.
Pourtant on peut aller se poser les fesses avec bien des plaisirs pour peu que l'on ait quelques jolies boîtes ou quelques petites astuces pour que les aliments promeneurs ne finissent pas en mouchetis après leur voyage jusqu'à l'herbe verte. Parce que finalement ce qui nous arrête souvent c'est d'imaginer dans quel état vont arriver le joli plat et la belle pâtisserie et nous fait alors dire, on va faire simple !
Osons ! Osons !!! emporter sur l'herbe ce gâteau très chocolat pomme et noisette que je vous propose aujourd'hui et pourquoi pas accompagnons-le d'une bouteille de cidre et poire Val de Rance, parce que dans ce domaine aussi on peut surprendre, s'amuser et se faire plaisir.
Gâteau très chocolat et pommes noisettes
Ingrédients :
Pour le gâteau : 6 œufs, blancs et jaunes séparés - 120g de chocolat noir fondu au micro-onde - 120g de beurre mou- 120g de sucre en poudre - 120g de farine – 2càs de cacao en poudre
Pour le dessus : 150g de chocolat fondu au micro-onde – 150g de sucre en poudre – 9cl d'eau
Pour le dessus et le dedans : 2 petites pommes coupées en petits cubes – 2càs de noisettes émondées légèrement hachées – 4càs de sucre en poudre – 4càs d'eau
Commencez en fouettant le beurre avec la moitié du sucre en poudre dans un grand saladier, on fouette bien jusqu'à ce que ça blanchisse.
Ajoutez les jaunes d'oeufs et fouettez, ajoutez le chocolat fondu et fouettez encore.
Montez les blancs en neige et quand ils commencent à bien mousser, continuez de fouetter en ajoutant en pluie la moitié du sucre en poudre restant et continuez à battre jusqu'à obtenir une belle meringue bien onctueuse.
Versez un tiers de cette meringue dans le saladier et fouettez sauvagement. Ajoutez le reste et mélangez cette fois très très délicatement avec une maryse. Tamisez le cacao et la farine ensemble au dessus du saladier et mélangez encore plus délicatement toujours à la maryse.
Versez dans un moule beurré et fariné, je vous conseille même de mettre un rond de papier de cuisine au fond du moule, et enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant 35 à 40 minutes.
Sortez du four, laissez tiédir puis coupez tout ce qui déborde du moule avec un grand couteau et retournez le gâteau sur une plaque pour le laisser refroidir.
Pendant ce temps préparez le chocolat à couler dessus.
Verser le sucre et l'eau dans une casserole, portez à ébullition puis faites blobloter 1 minute. Retirez du feu puis laissez tiédir, ajoutez alors au chocolat que vous aurez mis dans un saladier et fouettez le tout rapidement.
Préparez ensuite l'autre dessus et le dedans... aux pommes !
Versez dans une poêle anti-adhésives les cubes de pommes, le sucre et l'eau et portez à ébullition, baissez un peu et laissez dans la poêle jusqu'à ce que le jus est caramélisé joliment.
Séparer les pommes en deux parts, ajoutez les noisettes dans la moitié pour le dessus et mixez le reste.
Quand le gâteau est froid coupez-le en deux de manière à obtenir deux disques.
Tartinez la pomme mixée sur le disque inférieur et refermez.
Posez le gâteau sur une grille et arrosez-le avec le chocolat pour le couvrir, versez au centre du gâteau ça va s'étaler tout seul, finissez éventuellement par les bords si certains endroits ne sont pas couvert de chocolat.
Mettez au frais une heure ou deux, le temps que le chocolat se fige et terminez alors juste avant de déguster en déposant sur le gâteau les pommes aux noisettes. Et hop, les fesses dans l'herbe pour le déguster !
« L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération. »
Article sponsorisé
Mais pourquoi, tiens ça fait bien longtemps que je n'ai pas pique-niqué moi... est-ce que je vous raconte ça...

samedi 21 mai 2016

Le samedi c'est retour vers le futur... Dutch Baby Pancake citron et Amarena parce que je commence à refaire des recettes...

Je l'ai toujours dit par ici, tenir un blog de bouffe correspond à une longue longue fuite en avant ! En 11 ans de cuisine virtuelle j'avais pratiquement perdu le plaisir de refaire une recette, de dire oui à mes enfants quand ils me demandaient tel gâteau ou tel petit plat... Je restais inflexible, droit dans mes bottes comme disait l'autre, une recette ne repassera jamais par moi !
Et puis à force de tenir cette rubrique où je vais fouiller à la recherche dans mes archives d'une recette à remettre sur le devant de la scène, à force de demander aux uns et aux autres leur avis et qu'ils me disent encore et toujours, tu devrais choisir telle ou telle et surtout la refaire ! A force, je dois dire que mes bottes commencent à se mettre un chouya de travers et ma volonté inflexible...
Et c'est comme ça qu'après avoir choisi de remettre en avant ce dutch baby pancake citron et Amarena, je me suis retrouvé la poêle à la main...
Dutch Baby Pancake citron et Amarena
Ingrédients : 90g de beurre – 25cl de lait – 25cl de farine (environ 150g) – 4 œufs moyens – 1 pincée de sel – le zeste d'1/2 citron – 2 ou 3càs de sirop de cerises Amarena et quelques cerises
Mettez le beurre dans une grande poêle de préférence à fond épais (attention elle doit aller dans le four ! donc la queue doit résister à la chaleur ou s'enlever).
Placez-la dans le four, à 220°.
Mélangez dans un saladier le lait, la farine, les œufs, le zeste de citron et le sel.
Dès que le beurre est fondu, versez la pâte au centre de la poêle… ça nage avec bonheur dans le beurre c'est normal !
Remettez au four et faites cuire 15 à 18 minutes en surveillant bien, attention ça brûle sans prévenir ! Mais vous allez voir que ça gonfle, ça gonfle, ça gonfle…
Sortez du four, attention la poêle est brûlante, videz le beurre ou glissez le DBP sur une assiette (vous pouvez mettre du papier absorbant sur l'assiette pour éliminer un peu de beurre) saupoudrez généreusement de sucre glace et terminez en nappant le DBP avec le sirop et les cerises et surtout mangez sans attendre ! 
Dutch Baby Pancake lemon and Amarena 
Ingredients: 90g butter – 25cl of milk - 120g flour - 4 medium eggs - 1 pinch salt - zest of 1/2 lemon - 2 or 3 tbsp amarena cherry syrup
Preheat oven to 220°C /425°F.
Put the butter in a large oven-proof skillet and place the skillet in the oven.
In a bowl mix the milk, flour, eggs,  salt and lemon zest.
Once the butter is melted, pour the batter into the center of the skillet.
Put back in the oven and bake for 15 to 18 minutes.
Keep an eye on it or it will overcook or burn quickly !
Take out of the oven and remove the melted butter.
Be careful it is burning hot! Serve directly in the skillet or place the Dutch Baby Pancake on a plate. Drizzle with syrup and sprinkle with a little icing sugar.
Eat immediately!
Mais pourquoi, ça fait d'ailleurs longtemps que je n'ai pas une nouvelle idée de dutch baby... est-ce que je vous raconte ça...

vendredi 20 mai 2016

Le vendredi c'est No Meat Today ! Ma salade de graines à plein de choses ! Parce qu'elle est devenue... végétarienne !

Je le sentais bien depuis un moment que ça allait me tomber dessus un jour ou l'autre, qu'à force de se rapprocher, rapprocher... Une de mes merveilles finirait bien par me dire... Et c'est arrivé !
Elle est venue me voir en rentrant le week-end dernier avec la tête un peu penchée pour ne pas regarder droit dans les yeux... Et elle a commencé d'un faut que j'te dise papa...
Je sais pas vous, mais moi, en tant que père poule officiel quand une discussion commence par ce genre de phrase je me mets à imaginer des trucs et des machins. J'imagine qu'elle va émigrer sur Mars ou en Australie ce qui somme toute est presque la même chose pour moi, déjà que mon cordon ombilical a du mal à aller de chez moi à chez elle alors qu'elle n'est même pas à une heure de la maison... ça et d'autres trucs du même genre qui me signifiaient que mon p'tit bout est définitivement devenue grande... devenue une adulte.
Et là, elle a continué d'un j'suis végétarienne ! Je me suis gratté la tête en essayant de me rappeler mes lectures de science fiction pour savoir ce qui pouvait bien pousser de vert sur Mars et j'ai juste répondu... Et ? Et rien qu'elle a dit c'est tout... C'est tout tout ? Que je lui ai demandé. C'est tout papa qu'elle a conclu.
Vous imaginez un 35 tonnes crevant de tous ses pneus en même temps ? Eh ben j'ai fait en gros à peu près le même bruit... J'ai repris mon souffle et je lui ai juste demandé et tu la veux à quoi ta salade de midi ?
Ma salade de graines à plein de choses !
Ingrédients : 150g de quinoa cuit (j'ai utilisé un mélange de deux quinoas) – ½ bouquet de brocoli cuit taillé en petits bouquets – 90g de petits haricots cuits au naturel (j'ai utilisé des cornilles au naturel mais vous pouvez aussi utiliser des petits haricots italiens) – 1 petite carotte râpée avec une râpe à gros trous – 1 petite poignée de haricot verts cuits coupés en petits tronçons - 1 vingtaine de feuilles de menthe –– 2 ou 3càs de pistaches grossièrement hachées – 2 ou 3 càs d'amandes grossièrement hachées – 1càs de graines de courges - 2càs d'huile d'olive – 2 ou 3 tranches fines de gingembre confit – 1càs de jus de citron vert – sel et poivre
Commencez en préparant la sauce, versez dans un mixer l'huile, le gingembre et le jus de citron, un peu de sel et de poivre et mixez le tout bien finement. Insistez bien, le gingembre peut se montrer récalcitrant. Réservez dans un bol.
Mettez ensuite dans le mixer la carotte, donnez un coup rapide, puis ajoutez le brocoli et redonnez un coup rapide.
Versez-les dans un saladier puis ajoutez les deux haricots et le quinoa, arrosez de sauce et mélangez bien. Ajoutez les pistaches, les amandes et les graines de courge et remuez encore. Ajoutez les feuilles de menthe et mélangez une dernière fois.
Vous n'avez plus qu'à servir en pensant que Mars est bien ou elle est...
Mais pourquoi, bon tant que je lui fais à manger c'est qu'elle n'est pas tout à fait grande... est-ce que je vous raconte ça...

jeudi 19 mai 2016

Y'a un couillon dans l'potager ! Mes premières aventures potagères...

Et voilà il fallait bien qu'elle arrive cette nouvelle rubrique, Y'a un couillon dans l'potager ! dont je vous parle depuis un moment, cette rubrique consacrée à mon p'tit potager à moi. Il y a quelques temps je me suis donc lancé dans un potager, moi le Attila de la plante verte ! Il y a quelques temps je me suis dit qu'avec un peu d'espoir et de travail j'arriverais peut-être enfin à faire pousser quelque chose et j'ai donc mis en place quelques jolis carrés de terre dans mon jardin.
Des carrés parce que la terre est foutument basse et que je me suis dit que comme ça je m'éviterai sans doutes quelques tours de reins à la retourner et peut-être aussi la visite de quelques insectes certes forts sympathiques et utiles mais avec qui je ne suis pas complètement prêt à partager d'éventuelles récoltes.
Après plantages de différentes petites choses, petits plants de tomates, de piments et d'aubergines, belles salades, jolies herbes et pour faire bonne mesure quelques jolies fleurs, parce que... c'est joli, donc après ces premières plantations j'ai attendu.
Pas longtemps d'ailleurs, juste le temps de me rendre compte que les proverbes des fois... En avril ne te découvrir pas d'un fil et en mai fait ce qu'il te plait ! Et voilà comment la nature m'a rappelé à l'ordre une première fois, il y a quelques semaines, en passant au congélateur mes p'tits carrés potagers et en ratiboisant mes espoirs de belles tomates et quelques autres plantations... Attila je suis, Attila je reste...
Heureusement à côté de ces tristes tiges rabougries j'ai commencé à voir d'autres carrés se remplir, se remplir de jolies salades et de quelques herbes.
J'adore les herbes, si je pouvais je crois que je m'ébrouerais dedans pour me parfumer tôt matin, et forcément quand j'ai vu mon bouquet de persil, un des premiers venus de mon potager grossir, grossir, grossir... je n'y tenais plus de joie. Enfin jusqu'au moment où je me suis rendu compte que l'insecte est sans doute plus malin et plus têtu que moi...
Parce qu'au moment de ma première salade, une belle batavia attrapée à côté du persil, que je comptais assaisonner généreusement de mes jolies herbes je me suis rendu compte que j'allais surtout l'assaisonner plus que généreusement de pucerons !
Parce que si mon persil a bien grandi, grossi , il s'est surtout transformé en HLM à pucerons et c'est par grappes entières qu'ils sont venus s'installer là, bien confortablement établis à l'ombre de ses feuilles. Et forcément quand on est un couillon de potager et qu'on a décidé que les traitements ne passeraient pas par là on se trouve fort dépourvu quand le puceron fut venu !
La prochaine aventure du couillon du potager sera donc une lutte terrible, une lutte entre eux et moi parce que je suis aussi têtu qu'un puceron... enfin j'espère...
En tout cas si vous avez quelques idées pour convaincre ces charmants pucerons d'aller s'en voir ailleurs si l'herbe est fraîche, n'hésitez pas, en attendant la suite de mes aventures potagères...

Mais pourquoi, bon et si je replantais mes plants d'tomates maintenant... est-ce que je vous raconte ça...

mardi 17 mai 2016

Salade de fruits jolie jolie à la tomate... Parce que la tomate c'est bien un fruit !

Ce qui pousse dans la terre reste souvent un mystère pour moi, même si du temps de mes culottes courtes j'ai eu la chance de pousser au milieu de quelques fruits et légumes dans notre jardin d'alors.
Faut dire que j'ai une connaissance plus qu'approximative de ce qui pousse dans la terre, mes limites étant souvent constitué d'un ça se mange ou pas, mais sorti de ça... 
Et forcément quand je veux faire pousser quelque chose, souvent je ne sais pas trop ce que je mets dans la terre pour peu que la plante en question n'ait pas encore la tête de ce que je retrouve dans mon assiette. Je suis toujours admiratif de ceux qui scrutent un bout de plante de la hauteur d'un doigt de pied et arrivent à te dire, il est joli ton plant de tomates, de courgette ou de fraises... Pour moi ce ne sont au mieux que des projets qui pourront un jour de peut-être porter ma pitance, et souvent juste un truc que j'ai mis en terre et qui finira bien vite par y mourir, gelé, assoiffé ou brûlé par le soleil...
Je suis et je reste le Attila de la jardinière et du potager !
Et c'est comme ça que ce qui devait devenir de bien belles tomates a fini de mourir dans un potager... enfin dans un carré de terre où ne pousse pour l'instant que... de la terre ! Et c'est comme ça que pour me venger de la farouche tomate je suis allé la chercher à mon p'tit quatre saisons, puisque, là, elles sont arrivées, et j'en ai fait une bien belle salade histoire de lui apprendre à vivre à ce foutu... fruit !
Salade de fruits jolie jolie à la tomate...
Ingrédients : 3 ou 4 jolies tomates de différentes couleurs coupées en quartiers – 1 nectarine blanche coupée en quartiers - 1 douzaine de myrtilles coupées en deux – le jus et le zeste d'1/2 citron vert – 1càc de sirop de menthe blanche - 2càs d'huile d'olive – 1 vingtaine de petites feuilles de menthe et autant de verveine - sel et poivre
Préparez la sauce en fouettant le jus de citron et le sirop de menthe.
Arrangez ensuite joliment les tomates, la nectarine et les myrtilles dans une assiette. Arrosez le tout avec la sauce et terminez en parsemant les feuilles sur votre salade et terminez en parsemant aussi le zeste de citron vert.
Mais pourquoi, bon j'arrose mon potager pour faire pousser ma terre... ou j'attends la pluie... est-ce que je vous raconte ça...