vendredi 22 mai 2015

Le vendredi c'est retour vers le futur… Parce qu'il est bien agréable de refaire une pizza petit déjeuner !

Ceux qui comme moi tiennent un blog de cuisine et on fait de leurs cuisines un peu plus que l'endroit où ils cuisinent pour leur petite famille le savent, souvent on ne refait pas deux fois une même recette !
Forcément ça a pour la maisonnée un côté agréable, pas d'ennui dans les assiettes, mais aussi un autre côté plus… Certaines fois comme je l'ai déjà dit par ici, ils aimeraient bien que tu refasses le petit cake, le gâteau au chocolat qui était si… ou le petit plat tout parfumé qu'ils avaient dévoré en trois temps et un mouvement... Mais toi tu continues à avancer oubliant les plats déjà fait pour poursuivre ta marche en avant.
C'est peut-être pour ça que j'aime le vendredi et cette rubrique qui me permet d'aller chercher dans mes archives quelques souvenirs particulièrement gourmands pour moi et les miens et de ne pas oublier les recettes aussi tôt avalées.
Et cette fois c'est une pizza, et dire que je n'aime pas les pizzas… enfin une pizza à ma manière, celles que j'aime, qui cette fois-la avait pris la forme d'un petit déjeuner presque complet !
Pizza petit déjeuner !
Ingrédients : 1 pâte à pizza ou 400g de pâte à pain – 1 jaune d'œuf - 2 boule de mozzarella – 120g de haddock coupé en très fines tranches (vous pouvez le remplacez par du saumon fumé) – 2 oignons nouveaux – 4 œufs - 60g de feta coupée en petits cubes – huile d'olive - poivre
Commencez par bien égoutter la mozzarella sinon elle risque de détremper votre pizza, coupez-la en tranches et égouttez-la. Puis séchez la mozzarella, enveloppez-la dans du papier absorbant et laissez-la sous une planche avec un poids posé dessus jusqu'à ce que le papier absorbant soit complètement détrempé.
Coupez l'oignon en très fines tranches.
Déposez votre pâte sur une plaque couverte de papier sulfurisé. Badigeonnez le tour de la pizza au pinceau avec le jaune d'œuf coupé d'un peu d'eau.
Commencez par déposer sur la pâte la mozzarella grossièrement déchirée. Ajoutez les deux tiers des oignons rapidement chiffonnés et le haddock lui aussi chiffonné.
Préparez 4 niches où vous mettez les œufs, ne vous inquiétez pas les niches vont sans doute pratiquement se refermer, mais c'est mieux que rien.

Enfournez dans un four préchauffé à 210° pendant 10 minutes.
Ressortez alors la pizza et ajoutez les œufs, cassez-les d'avance séparément dans des petits bols pour aller plus vite. Pensez à refaire les niches avant de mettre les œufs sinon ils vont glisser sur la pizza et vous risquez de les cuire sur la grille !
Baissez le four à 180° et enfournez pendant 2 minutes, retournez alors la pizza et remettez au four jusqu'à ce que les œufs soient à point, comptez 2 minutes de plus.
Dès qu'elle est prête servez-la après avoir parsemé dessus les oignons restants et la feta, terminez en arrosant d'un filet d'huile d'olive et en parsemant de poivre.
Breakfast pizza
Ingredients: 1 pizza dough or 400g bread dough - 1 egg yolk - 2 balls Mozzarella cheese - 120g very finely sliced haddock (or smoked salmon) - 2 spring onions - 4 eggs - 60g diced Feta cheese - olive oil - pepper
Drain well your mozzarella (or it will make your pizza soggy and mushy and yucky). Cut it into slices and drain. Then dry it, wrapping it in paper towel, under a chopping board with something heavy put on top, until the paper towel is completely soaked.
Finely slice the onions.
Spread the dough onto a baking sheet lined with parchment paper. Brush the edges with the egg yolk mixed with a little water.
Start placing on the dough the mozzarella, roughly torn. Add the 2/3 of the onions, quickly crumpled and the haddock, crumpled as well.
Make like 4 niches to put the eggs in later. Don’t worry if those niches tend to close themselves, it’s always better than nothing.
Put your pizza in the oven, preheated at 210°C/410°F, for 10 minutes.
Take the pizza out of the oven and add the eggs. Previously crack them in separated small bowl to be faster.
Remake the niches if necessary or the eggs will slide on the pizza and you may end up cooking them not even on the pizza.
Turn the oven down to 180°C/350°F and put the pizza back in it for 2 minutes. Turn the pizza and put back in the oven for another 2 minutes until the eggs are cooked.
When it’s all cooked, sprinkle with the remaining onions, some feta cheese, olive oil and pepper and serve.



Mais pourquoi, bon et maintenant on passe à quoi… est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 20 mai 2015

C'est curieux comment mes idées de recettes commencent souvent par un… papa pourquoi… Pavlovettes ma fraise !

J'ai un ado qui a autant d'appétit que d'imagination dès lors qu'il s'agit de se remplir le ventre, et forcément je trouve ça réjouissant !

Sauf que si l'appétit et l'imagination c'est lui et ben pour le reste, un peu comme quand le végétarisme hebdomadaire l'a pris il y a quelques temps, pour le reste donc, c'est moi !
Cela dit, comme de toute manière dès que ça parle bouffe à la maison, ça finit régulièrement par papa s'en occupera, autant que ça serve à stimuler ma bande d'affamés.
Aujourd'hui mon hamster à peine tombé du lit, en fin de matinée comme il dit, soit vers 14h, me voyant me travailler la pavlova, commence à se gratter la tête. Ça c'est signe qu'une pluie d'idées va me tomber dessus et ça n'a pas manqué…
Papa pourquoi elles sont si grosses tes pavlovas, parce que si elles étaient plus petites on pourrait les manger sans cuillère et du coup y'aurait moins de vaisselle à faire ! Un jour je vous raconterai qui est ce fameux " y'aurait " mais j'pense que vous avez déjà comme une idée…
Quoi qu'il en soit quelques heures plus tard...
Pavlovettes ma fraise !
Ingrédients : 3 blancs d'œufs (environ 150g de blanc) –150g de sucre en poudre – 50g de sucre glace - 20cl de crème liquide entière – 2càs de mascarpone – des fraises – des amandes effilées – du sirop de rose légèrement réduit – des petites feuilles de menthe et de thym
Commencez par fouetter les œufs en neige légère, pas trop serrés donc.
Ajoutez le sucre en poudre en pluie tout en continuant à battre et battez pendant une minute ou deux. Ajoutez le sucre glace et fouettez encore 3 ou 4 minutes. Ne battez pas trop vite et insistez bien !
A l'aide de deux cuillères à soupe faites des tas de meringue, une belle cuillère à soupe, puis écrasez le centre avec le dos de la cuillère. Recommencez autant de fois que nécessaire.
Préchauffez un four à 140° enfournez les plaques puis baissez le four immédiatement à 120° et laissez cuire 1 heure ou un peu plus si nécessaire. Eteignez le four, ouvrez-le et laissez refroidir vos meringues.
Versez la crème liquide et le mascarpone dans un batteur et montez le tout en chantilly, plus tout sera froid plus la chantilly prendra bien.
Vous pouvez maintenant monter les pavlovettes.  Une belle cuillère à soupe de crème sur chacune, quelques demi fraises, des amandes effilées, des feuilles de menthe ou de thym et un peu de sirop… Après vous n'avez plus qu'à appeler votre hamster à vous, et vous verrez qu'il va vous faire un tour de magie en faisant disparaître toutes les pavlovettes en moins de temps que les idées lui viennent !


Mais pourquoi, bon qu'est-ce qu'il va me dire la prochaine fois… pourquoi mes hot-dogs sont plus petits qu'une baguette ? est-ce que je vous raconte ça…

lundi 18 mai 2015

J'me ferais pas une crise de retour à l'enfance à rêver de cookies et de lait chaud ? Cookies chocolat au lait et pistache…

Y'a des jours où j'ai des envies de me manger une vache comme un sauvage presque à pleine dents… enfin pas trop fort sur les dents parce qu'avec l'âge… enfin y'a des jours où j'ai des envies de me croquer une entrecôte pour douze ou une côte de bœuf modèle John Wayne…


Et puis d'autres comme aujourd'hui où j'ai l'appétit plus apaisé et où j'ai envie de laisser les petites bêtes et les grandes bien paisibles. Des jours pendant lesquels je ne rêve que d'un petit goûter tranquille, réconfortant, un verre de lait chaud dans une main et un cookie dans l'autre, un p'tit cookie et rien d'autre… enfin petit…
Et du coup j'ai eu envie de me faire ce plaisir, enfin j'ai utilisé mon hamster qui traînait par là comme alibi en lui demandant, tu mangerais pas des cookies en buvant du lait chaud ? Il m'a regardé peut-être amusé et à juste répondu oui oui des cookies et du lait chaud j'en ai envie… avant de préciser, moi aussi… J'me demande s'il finirait pas par être aussi malin que le vieux singe celui-là !
Cookies chocolat au lait noisette et pistache  
Ingrédients : 120g de chocolat au lait aux noisettes haché – 30g de pistaches émondées hachées – 45g de sucre en poudre – 45g de cassonade blonde – 1 œuf – 120g de beurre mou demi-sel - 180 de farine – 1càc rase de levure chimique 
Versez le beurre mou dans un saladier et ajoutez les sucres et mélangez bien. Ajoutez l'œuf et mélangez encore puis ajoutez la farine et la levure, le chocolat et presque toutes les pistaches et mélangez bien le tout une dernière fois. 
Mettez au frais une petite demi-heure. 
Faites alors des petites boules d'environ 50g, j'ai toujours eu un faible pour les gros cookies (les gros sur la photo font 90g...). 
Ecrasez-les légèrement et disposez-les sur une plaque couverte de papier sulfurisé. 
Répartissez le reste de pistaches hachées sur les cookies. Faites cuire une quinzaine de minutes dans un four préchauffé à 180°. 
Après attendez au moins que les cookies soient tièdes ou froids… mais je vous préviens, résister jusqu'à ce qu'ils soient froids, c'est difficile ! Après lait chaud et...
Mais pourquoi, j't'en foutrais des moi aussi… non mais des fois ! est-ce que je vous raconte ça…

samedi 16 mai 2015

Tapas ! le livre à gagner en trois exemplaires… et la plus simple des tartinades très oignons !

Depuis que j'ai ouvert ma p'tite cuisine virtuelle j'ai connu des expériences diverses et variées que je n'imaginais vraiment pas un jour arriver dans ma cuisine…

Tapas ! l'ouvrage de Maya Nug paru dans la collection The Garden Party aux éditions Rustica est un joli petit livre composé par l'auteur autour de recettes fraîches et ensoleillés. Il est un peu à l'image de ces apéros d'été pendant lesquels avec quelques amis on prend le temps de vivre en grignotant des petites choses vite et bien faites.
Et c'est donc cet ouvrage que je vous propose de gagner en trois exemplaires.
Pour essayer de gagner un de ces exemplaires c'est tout simple, laissez juste un commentaire en indiquant quelle est votre tapas préférée !
Vous avez jusqu'à lundi soir, le 18 à minuit, pour participer et à ce moment-là comme toujours c'est mon hamster (pour mémoire c'est toujours de mon fils qu'il s'agit et pas d'une bestiole à poils) qui de sa main innocente tirera au sort trois d'entre vous qui gagneront donc chacun un exemplaire de l'ouvrage. Alors à vous de jouer !
N'oubliez pas de me laisser un mail au cas où vous soyez la gagnante ou le gagnant ! Et si vous ne voulez pas laisser votre mail visible dans le commentaire, copiez votre commentaire et envoyez-le moi là doriancuisine@free.fr comme ça j'aurai votre mail.
En attendant, un peu pour vous donner envie de vous mettre aux tapas, voilà une recette toute toute simple inspirée d'une de celles contenues dans l'ouvrage.
La plus simple des tartinades très oignons
Ingrédients : 150g de fromage blanc lisse – 2 càs de soupe à l'oignon déshydratée – 1
oignon nouveau – 1 tige de persil – de l'huile d'olive – poivre
Mettez le fromage blanc dans un petit saladier et ajoutez la soupe à l'oignon déshydratée (un conseil videz le sachet dans un bol et mélangez avant d'ajouter c'est toujours très très mal mélangé dans les sachets) puis mélangez le tout. Mettez au frais une heure.
Emincez finement votre oignon nouveau, le blanc et le vert, et le persil puis mélangez le tout.
Sortez le fromage blanc à l'oignon du frigo et étalez le sur une assiette, pas la peine de vous dire qu'il ne faut pas forcément faire régulier.
Parsemez l'oignon au persil sur le plat. Terminez simplement en arrosant d'un filet d'huile d'olive et en poivrant généreusement. Ensuite du pain toasté et des amis…

Mais pourquoi, je me demande si maintenant il ne ressemble pas plus à un kangourou qu'à un hamster… est-ce que je vous raconte ça…


PS : J'allais oublier j'ai eu la chance de m'occuper des photos de l'ouvrage…

vendredi 15 mai 2015

Juste parce que ma merveille a remarqué que ça ressemblait à un… Gâteau entre Rome et le Pays Basque !

Hier quand une de merveilles a vu mes p'tits biscuits au chocolat noisette avec les zibouibouis dessus elle m'a dit c'est marrant papa tes biscuits on dirait un gâteau basque…
Et là j'ai ressenti ce qu'aurait pu ressentir Champollion au pied des pyramides si son fils lui avait tiré la redingote en lui montrant un hiéroglyphe et en disant c'est pas Toutankhamon là…
Et tout ému que j'étais de voir que ma merveille était capable de reconnaître quelque chose qui ressemble à un gâteau basque alors que beaucoup d'autres auraient sans doute juste dit c'est quoi ces biscuits-là ! Tout ému que j'étais donc, je me suis dit que ça méritait que je lui fasse… un gâteau basque ! Enfin entre le pays basque et un voyage à Rome parce que forcément les recettes finissent toujours à ma sauce par chez moi…
Gâteau entre Rome et le Pays Basque
Ingrédients :
Pour la pâte du gâteau : 240g de farine – - 1càc de levure chimique – 1 œuf - 1 jaune d'œuf – 120g de beurre – 90g de sucre en poudre
Pour la crème pâtissière : 12cl de lait -  1 jaune d'œuf – 30g de sucre en poudre – 5g de Maïzena
Pour le voyage à Rome : 3 ou 4 càs de cerises Amarena
Versez dans le bol d'un mixer équipé d'une pale (à la main c'est faisable aussi… mais ça va user un peu plus le cuisinier !) la farine et la levure tamisées. Ajoutez l'œuf et faites tourner rapidement puis le sucre en poudre, le sel et le beurre coupé en morceaux et là vous faites tourner jusqu'à obtenir une jolie pâte bien homogène.
Séparez la pâte 1/3 d'un côté, 2/3 de l'autre.
Filmez les pâtes séparément puis hop au frais 1heure.
Pendant ce temps préparez la crème pâtissière.
Versez le lait dans une petite casserole (vraiment petite il y a très peu de crème, sinon faites le double des ingrédients mais vous aurez trop de crème, cela dit c'est bon la crème !) et portez-le à ébullition à feu moyen.
Dans un saladier, fouettez le jaune d’œuf avec le sucre en poudre jusqu’à ce qu’il blanchisse. Ajoutez la Maïzena et fouettez de nouveau.
Versez le lait bouillant en filet dans le saladier tout en fouettant. Versez de nouveau dans la casserole et portez à ébullition à feu moyen en remuant constamment. Prolongez la cuisson 1 minute en remuant toujours, si vous arrêtez gare aux grumeaux. La crème doit être alors bien épaisse. Versez-la dans un bol, filmez au contact et laissez refroidir.
Étalez la plus grosse boule de pâte au rouleau de manière à obtenir un disque d’environ 22 cm de diamètre. Étalez la plus petite boule de pâte au rouleau de manière à obtenir un disque juste un peu plus grand que le fond du moule, puis taillez-la à l'aide du fond du moule pour un moule d'environ 20cm.
Beurrez et fariner généreusement votre moule.
Tapissez votre moule avec le plus grand disque de pâte, en faisant remonter la pâte sur les côtés. Découpez ce rebord tout autour à 1 cm du fond. Repliez ce rebord de manière à avoir un cercle légèrement surélevé tout autour. Mouillez légèrement ce cercle avec un goutte d'eau, les pâtes colleront mieux comme ça.
Il va sans doute vous rester de la pâte après les découpes et si vous ne savez pas quoi en faire… pensez à eux : Gâteaux sablés au chocolat aux noisettes
Garnissez le centre de la pâte avec la crème pâtissière puis avec les cerises, enfoncez-les dans la crème. Déposez le second disque de pâte par-dessus.
Avec le pouce, appuyez sur le tour du gâteau pour que les deux pâtes collent bien. Badigeonnez le dessus de jaune d’œuf.
Avec les dents d’une fourchette, décorez votre gâteau comme on fait pour les gâteaux basques avec des lignes qui se croisent.
Faites cuire ensuite dans un four préchauffé à 180° pendant environ 35 minutes. Pensez à le tourner pendant la cuisson pour qu'il soit doré pareil partout.
Après on laisse refroidir, on démoule, on coupe en parts et on déguste en se disant que vos merveilles sont décidément bien merveilleuses…


Mais pourquoi, bon et elle reconnaîtrait une Linzer Torte ma merveille… est-ce que je vous raconte ça…

jeudi 14 mai 2015

En voyant le sablé de la boulangère je me suis dit il me la faut… cette recette ! Sablés fourrés au chocolat au lait et aux noisettes...

Traquer la recette pour le passionné de cuisine que je suis, c'est presque comme un triple salto depuis un iceberg pour un pingouin, c'est pas indispensable mais qu'est-ce c'est bon quand c'est réussi…

Quand je croise une p'tite dame dans la queue du boucher ou du boulanger et qu'elle lâche subitement, c'est pour faire ma p'tite recette de… celle qui est bien mieux que celle de ma belle-mère, même si elle savait cuisiner la bougresse, enfin elle savait pas faire que ça… Je sais que la traque ne va pas durer et qu'il va me suffire de lancer un haaaaa les belles-mères ! sonore avec l'œil complice, pour que la p'tite dame me déroule sa recette avec moult conseils.
Par contre dès qu'il s'agit d'une professionnelle de ce qui se mange et que la recette fait partie de son patrimoine professionnel, les choses peuvent alors devenir très très  tendues.
Et l'autre jour en entrant dans cette petite boulangerie du côté d'Angers je ne savais pas qu'une traque à la recette allait battre son plein au milieu des pains et des baguettes. Mais il a fallu que je voie dans un coin d'une de ces vitrines ses p'tits sablés annoncés comme étant fourrés au chocolat au lait au noisettes, il a fallu…
A une boulangère il ne faut pas essayer de lui jouer à l'envers comme disent les jeunes de par chez moi, faut d'la finesse et même peut-être un chouilla de bassesse pour attraper la recette espérée… Dans ces cas-là j'utilise souvent la tactique dite du harponnage à répétition pendant lequel ce n'est pas la réponse qui est importante mais de poser la bonne question.
J'ai donc commencé par un couillon ah ben c'est des sablés au chocolat au lait ? Là tu sens qu'elle a envie de te répondre que tu comprends vite ce qui est écrit sur les étiquettes, mais elle se retient, elle peut pas et répond juste oui oui à celui qu'elle considère juste comme un neuneu, quoi qu'il en soit le premier harpon est en place…
Ensuite tu continues avec tes harpons de neuneu, et c'est des noisettes et du chocolat ou du chocolat aux noisettes, et c'est deux, comme si on collait deux sablés, et ça peut pas cuire longtemps vu l'chocolat dedans… et c'est… et ça… et tu continues à glaner, glaner des infos jusqu'à ce que tombe un définitif… et il veut quelque chose d'autre le petit monsieur ? La traque est terminée.
Après tu n'as plus qu'à mettre tout ça bout à bout et surtout à analyser le p'tit sablé en question avec lequel tu es bien sûr reparti avec l'œil de Grissom et le palais aux aguets et au final quand tu finis ta propre recette tu te dis que c'est pas tout à fait celle de la p'tite boulangère mais que c'est pas mal quand même… La traque valait le coup.
Sablés fourrés au chocolat au lait et aux noisettes

Ingrédients : 1oeuf  et 1 jaune – 120g de beurre – 250g de farine –  90g de sucre en poudre - 1càc de levure chimique – du chocolat aux noisettes haché
Tamisez ensemble la farine et la levure au dessus d'un saladier.
Ajoutez l'œuf dans le saladier contenant la farine et la levure et mélangez rapidement.
Ajoutez le sucre en poudre, le sel et le beurre coupé en morceaux. Pétrissez le contenu du saladier jusqu'à obtenir une pâte homogène.
Filmez la pâte puis réservez-les au frais 1 heure.
Prélevez deux boules de pâte d'environ 40g et étalez bien fin au rouleau, de manière à obtenir des disques d'environ 11cm de diamètre. Je fais des disques de cette taille parce que les cercles que je vais utiliser font 10cm de diamètre, donc si vous avez des cercles plus petits ou plus grands et ben vous faites des disques de pâte d'environ 1cm de plus que le diamètre de vos cercles.
 Vous posez un des deux disques devant vous, vous déposez au centre une belle càs de chocolat au lait haché, n'hésitez pas sur le bien belle, vous couvrez avec le deuxième disque et vous découpez le tout en écrasant avec un cercle.
Vous déposez sur une plaque et vous enlevez le cercle. Vous badigeonnez avec le jaune d'œuf additionné d'1 càs d'eau et ensuite vous décorez avec les dents d'une fourchette, un peu comme on fait pour les gâteaux basques. Vous n'avez plus qu'à remettre le cercle en place et recommencer de la même façon avec toute la pâte.
Personnellement j'ai assez de cercles pour les laissez en place, sinon  vous pouvez le faire en plusieurs fournées ou essayer de cuire sans les cercles, ça devrait passer.
En tout cas ensuite c'est dans un four préchauffé à 180° que ça se passe et il faut les cuire une vingtaine de minutes.
A déguster encore un peu tiède c'est pas mal du tout, froid je sais pas, y'en avait plus…


Mais pourquoi, bon ça va me faire loin pour lui refaire le coup pour sa quiche tartiflette… quoique… est-ce que je vous raconte ça…

mercredi 13 mai 2015

Hooooo my fudge ! Fudge craquant au chocolat au lait pour finir de s'arrondir avant l'été !

Je me demande si ça ne va pas devenir un marronnier, une manie récurrente par ici, de proposer quelques bombes atomiques caloriques juste en même temps qu'arrivent dans nos chers magazines féminins le temps de régimes… Faut dire que ce n'est plus vraiment un régime dont j'aurais besoin pour rentrer dans les jeans de ma jeunesse mais plutôt une trancheuse à jambon !
Et voilà, alors que j'avais cette envie presque pressente, que je reçois le terriblement addictif Squares et Fudges recettes carrément fondantes de Anne Kalicky épaulée par ma paire de photographe et styliste préférée Guillaume Czerw et Sophie Dupuis-Gautier, un ouvrage paru aux éditions Hachette Cuisine.
Alors forcément en feuilletant l'ouvrage plein plein de recettes de squares avec, entre autres, des Millionnaire shortbread, banoffee square, carré coco… dégoulinant de gourmandise et de fudges, aux Oréo, Carambar ou marshmallows à en décréter que le mot régime doit être banni des dictionnaires ! En le feuilletant donc, je me suis dit que je tenais là le livre parfait pour mon offensive réjouissante !
Ce petit livre-là est un bonheur pour ceux qui, comme moi, pensent que le fudge devrait envahir le monde et que les squares sont l'avenir de l'appétit. Parce qu'on y retrouve les classiques nécessaires à l'amateur, mais aussi tout un tas d'autres recettes inventives auxquelles je ne vais pas résister bien longtemps… enfin à condition que j'essaie d'y résister.
Finalement, après avoir longtemps hésité et avoir eu envie de proposer pratiquement toutes les recettes du livre, j'ai décidé de m'inspirer d'une de recette et de vous proposer un p'tit fudge au chocolat au lait tout craquant, tout plein qu'il est de noisettes, d'amandes et de pistaches…
Fudge craquant au chocolat au lait
Ingrédients : 210g de chocolat au lait –200g de lait concentré sucré - 15g de beurre demi-sel – 40g de noisettes décortiquées – 40g d'amandes émondées – 30g de pistaches émondées
Commencez par toaster légèrement noisettes, les amandes et les pistaches. Etalez-les bien sur une plaque et glissez-les dans un four préchauffé à 140° pendant une douzaine de minutes. Laissez-les refroidir puis hachez très très grossièrement le tout.
Hachez le chocolat au lait et mettez-le dans une casserole. Ajoutez le beurre et le lait concentré et faites fondre le tout à feu très doux sans arrêter de mélanger à la spatule.
Dés que tout est fondu prolongez la cuisson pendant 3 minutes en continuant de tourner sans arrêt.
Ajoutez les noisettes, les amandes et les pistaches concassées et mélangez encore rapidement.
Versez le tout dans le fond d'un moule couvert de film alimentaire ou de papier de cuisson.
Laissez ensuite complètement refroidir puis au frais jusqu'au lendemain.
Ensuite vous n'avez plus qu'à couper en carrés, en rectangles, comme vous voulez ! Et à déguster.
Et si vous voulez les conserver laissez-les au frais.

Mais pourquoi, bon un p'tit Millionnaire pour parfaire la rondeur ça s'rait pas mal… est-ce que je vous raconte ça…

mardi 12 mai 2015

Et si les financiers régnaient vraiment sur le monde... Financiers café pignons !

J'ai toujours eu un faible pour ces petits gâteaux qui se traînent un goût d'avant !
J'ai toujours eu un faible pour les macarons, pas les prétentieux multicolores à la ganache provocante, non pas eux, les tout simples, ceux que l'on fait du côté d'Amiens, Montmorillon, Chartres et quelques d'autres villes de France. Y'en a plein d'autres des comme ça et parmi eux se cache ceux qui restent pour moi des petits trésors de simplicité et de goût, les financiers !
Difficile de faire plus simple, si bien sûr on peut toujours mais celui-là en tout simplicité vous met une bonne odeur de beurre noisette dans la maison et tourneboule le palais avec son joli goût d'amande toastée, enfin en tout cas, à moi, il me le tourneboule !
Du coup je ne résiste que rarement que l'envie de me financer l'embonpoint, au plaisir de l'associer avec quelques petites choses, surtout quand l'idée de l'association m'a été soufflée par une de mes complices préférée !
Financiers café pignons
Ingrédients : 150g de beurre - 90g de poudre d'amande – 180g de sucre glace – 60g de farine – 150g de blanc d'œuf – 1 càc de café lyophilisé – 20g de pignons
Hachez les pignons grossièrement.
Mettez le beurre dans une poêle et faites-le grésiller à feu assez vif jusqu'à ce qu'il devienne noisette. Attention noisette, pas noir sinon on recommence ! Ensuite filtrez-le. Pour cela j'utilise une passoire couverte de gaze, ça permet de récupérer toutes les impuretés.
Mettez dans un saladier le sucre glace, la poudre d'amande et la farine et mélangez bien le tout.
Ajoutez les blancs d'œufs et mélangez, ne fouettez pas, mélangez. Ajoutez le beurre et le café lyophilisé et mélangez de nouveau. Laissez reposer une demi-heure au moins.
Beurrez généreusement vos moules surtout s'ils sont en tôle puis remplissez-les de pâte, pas trop, le financier aime prendre ses aises en cuisant !
Parsemez les pignons sur les financiers en faisant une jolie ligne au milieu.
Enfournez dans un four préchauffé à 180° pendant une douzaine de minutes. Le temps dépendant comme toujours du four et du moule vérifiez après votre première fournée.
Recommencez autant de fois que nécessaire. Laissez tiédir ou refroidir et mangez sans attendre ! Avec un p'tit café par exemple...
Et si vous cherchez une recette plus classique vous pouvez retrouver la mienne par là : Mes financiers

Mais pourquoi, je sens que je vais bientôt avoir le macaron qui me travaille ! est-ce que je vous raconte ça...